Accéder au contenu principal
Liban

Liban: violents affrontements entre police et manifestants devant le Parlement

Des policiers libanais essuient des tirs de feux d'artifice devant le Parlement à Beyrouth le 18 janvier 2020.
Des policiers libanais essuient des tirs de feux d'artifice devant le Parlement à Beyrouth le 18 janvier 2020. REUTERS/Mohamed Azakir

La contestation libanaise a débuté il y a près de quatre mois. Elle appelait ce samedi 18 janvier à un nouveau rassemblement pour dénoncer la mauvaise gestion économique du pays. Le cortège a convergé vers le Parlement où la situation a dégénéré. Des heurts ont éclaté avec les forces de l'ordre.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

À 19h ce samedi, cela faisait près de quatre heures que les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre se poursuivaient. Le centre-ville, aux airs de champ de bataille, était recouvert d’un épais nuage de gaz lacrymogène mais aussi de la fumée qui se dégageait d’incendies allumés dans des bennes à ordures.

Dans un déferlement de violence inégalé depuis quatre mois, ces affrontements ont fait, selon un bilan provisoire de la Croix-Rouge libanaise, au moins 220 blessés. Plus de 80 d’entre eux ont été transportés dans des hôpitaux.

Un rassemblement pacifique a dégénéré

De nombreux policiers et de gendarmes anti-émeutes ont également été touchés par des feux d’artifice de gros calibre utilisés horizontalement par des manifestants qui ont aussi lancé des pierres.

Tout a commencé devant l’entrée du Parlement libanais où le rassemblement censé être pacifique a dégénéré et s’est vite transformé en bataille rangée avec les forces de l’ordre.

La police, mais aussi l’armée libanaise, ont déployé d’importants moyens et des renforts sont en permanence envoyés pour contenir la situation après avoir réussi à repousser les manifestants de quelques centaines de mètres.

Devant la gravité de la situation, le président de la République a demandé aux ministres de la Défense et de l’Intérieur de protéger les manifestants pacifiques, de sauvegarder les biens publics et privés, et de rétablir le calme dans le centre de la capitale.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.