Accéder au contenu principal

Egypte: Netflix accueille la poupée star Abla Fahita

Abla Fahita.
Abla Fahita. Page Facebook Abla Fahita.

La nouvelle star de la plateforme de diffusion télévisée Netflix pour le Moyen-Orient sera une marionnette égyptienne, Abla Fahita. Une marionnette qui est déjà un phénomène sur les réseaux sociaux.

Publicité

De notre correspondant au Caire

Sur Facebook, plus de quatre millions et demi de personnes sont amoureuses de ce « personnage fictif » comme le précise le réseau social. Sur Instagram où elle présentée comme « artiste » Abla Fahita est admirée par presque deux millions de personnes ; sur YouTube, près d’un million et demi de personnes sont abonnées à sa chaîne pour voir et revoir ses vidéos et enfin, chez les apparentés intellectuels de Twitter, elle est suivie par plus d’un million de cervelles. Et en bonus, ces neuf millions d’internautes qui ont vu une de ses chansons devenue un tube. 

Abla Fahita, pur produit des réseaux sociaux

De retour d’Amérique, son créateur, le réalisateur Hatem al-Kachef  lance avec un ami en 2010 une chaîne satirique sur YouTube où apparaît pour la première fois la marionnette. Abla Fahita, une veuve joyeuse, discute cuisine avec sa voisine Soussou. Elle aborde la Fahita  avec moult allusions sexuelles sur les cuisses et la poitrine de la poule. En ces temps de bouillonnement prérévolutionnaire, le succès est immédiat. En 2011, après la destitution de Moubarak, Abla Fahita est propulsée au rang de star de la pub avec une vidéo pour l’opérateur téléphonique Vodaphone où elle cherche la carte sim de son défunt et non regretté mari.

De pub en pub, Abla Fahita finit par avoir son propre programme El Duplex qui bat des records d’audience sur la chaîne de télé privée CBC grâce au sarcasme grinçant et aux références coquines. La veuve déchaînée reçoit sur son plateau la crème des stars du monde arabe avant que le programme ne s’arrête, il y a près d’un an. Abla Fahita en a profité pour faire une tournée américaine triomphale.

Une poupée dérangeante

Le show s'est arrêté sans doute car trop osé en ces temps de retour à un « politiquement correct » très conservateur. Abla Fahita est accusée d’obscénité et même de complot terroriste. CBC préfère éviter la colère du Conseil suprême des médias, un organisme qui a le pouvoir d’interdire la diffusion d’une chaîne. Reste à savoir comment la jouera Netflix. Sage ou sans limites ?

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.