Accéder au contenu principal

Plan de paix de Trump au Proche-Orient: la séquence américaine de Benny Gantz

Benny Gantz, le chef de l'opposition israélienne à son arrivée à Washington, le 26 janvier 2020.
Benny Gantz, le chef de l'opposition israélienne à son arrivée à Washington, le 26 janvier 2020. REUTERS

Donald Trump reçoit ce lundi 27 janvier Benyamin Netanyahu à la Maison Blanche. Le président américain doit présenter au Premier ministre israélien le contenu du plan de paix entre Israéliens et Palestiniens préparé par son administration depuis trois ans. Donald Trump va recevoir également le principal opposant à Benyamin Netanyahu, Benny Gantz. Le chef de la coalition Bleu-Blanc veut lui aussi tirer profit de cette séquence américaine dans la campagne.

Publicité

De notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Benyamin Netanyahu aime jouer de sa relation avec Donald Trump sur la scène politique intérieure. Lors des deux dernières campagnes électorales, ses affiches le montraient aux côtés du président américain, avec le slogan: « Netanyahu, une autre ligue ». Avec ce séjour américain, Benny Gantz veut donc montrer que, comme son rival, lui aussi est capable d'avoir un lien fort avec la Maison Blanche.

Dans un premier temps, c'est à la demande de Benyamin Netanyahu que Benny Gantz avait été invité à Washington cette semaine. Mais le chef de la principale formation parlementaire israélienne ne voulait pas apparaître comme dépendant de son rival pour obtenir des rendez-vous. Benny Gantz a demandé, et obtenu, un entretien privé avec Donald Trump, affirmant ainsi sa stature de dirigeant capable de s'imposer sur la scène internationale.

Benny Gantz rentrera ensuite en Israël et ne sera pas à Washington ce mardi 28 janvier quand le plan sera présenté. Il évite ainsi d'être un simple spectateur d'un événément mettant en scène le président américain et celui qu'il cherche à remplacer. Mais Benny Gantz veut éviter que ce plan de paix ne soit appliqué avant les élections du 2 mars. Pour que sa séquence américaine soit victorieuse, il lui faut convaincre Donald Trump de ne pas autoriser dès maintenant l'annexion de pans de la Cisjordanie.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.