Accéder au contenu principal

Irak: Mohammed Tawfik Allawi annonce sa nomination au poste de Premier ministre

Le président irakien Barham Saleh a nommé Mohammed Allawi Premier ministre, le 1er février 2020, à Bagdad.
Le président irakien Barham Saleh a nommé Mohammed Allawi Premier ministre, le 1er février 2020, à Bagdad. AFP / Iraqi Presidency Media Office

L'Irak aurait-il enfin un Premier ministre ? Au milieu d'une crise politique et sociale, l'ancien ministre Mohammed Allawi a annoncé sur les réseaux sociaux sa nomination en tant que Premier ministre. Aucune annonce officielle n'a encore été faite par le président ni par les institutions gouvernementales

Publicité

C'est filmé par la caméra de son ordinateur que Mohammed Tawfik Allawi a annoncé au peuple irakien sa nomination en tant que Premier ministre. Une vidéo postée sur le compte twitter de cet ancien ministre, dont le message a ensuite rapidement été repris par la télévision nationale.

Son nom avait été soulevé par les députés incapables depuis deux mois de se mettre d'accord sur un successeur à Adel Abdel Mahdi poussé à la démission par la colère de la rue il y a deux mois. Les blocs politiques au Parlement sont finalement arrivés in extremis à un consensus sur le nom de Mohammed Allawi, alors que le délai qui leur était imparti expirait samedi.

Déjà rejeté par la rue

Le président, qui s'était opposé il y a quelque semaines à la nomination du dernier candidat au poste de Premier ministre ne s'est cette fois-ci pas prononcé sur l'arrivée de ce nouveau chef de la nation irakienne.

Ce scénario d'un homme qui s'annonce seul nouveau Premier ministre semble donc très inapproprié pour prendre la tête d'un pays en proie à de profondes divisions sociales et politiques. Mohammed Allawi est d'ores et déjà rejeté par la rue. Il fait partie de ce système honni par les manifestants depuis plus de trois mois. Il est l'ancien ministre des Télécommunications sous le gouvernement de Nouri al-Maliki accusé d'avoir mené des politiques sectaires pro-chiites.

A Bagdad, les partisans de l'influent leader chiite Moqtada Sadr se sont rassemblés en masse samedi sur la place Tahrir pour afficher leur soutien au Premier ministre désigné. Mais de nombreux manifestants dans la capitale et le Sud ont rejeté cette nomination.

« Tâche monumentale »

Le nouveau Premier ministre a promis de former un gouvernement représentatif, tenir des élections anticipées et s'assurer que justice sera rendue pour les manifestants tués lors du mouvement de contestation.

Selon la Constitution, Mohammed Tawfik Allawi a un mois pour former son cabinet, qui devra être approuvé par un vote de confiance au Parlement. Et cela sur fond de profondes divisions au sein de la classe politique irakienne, et sous l'oeil scrutateur des deux alliés de l'Irak, les Etats-Unis et l'Iran, eux-mêmes ennemis. Les Nations unies ont salué sa nomination, rappelant qu'il faisait face à une « tâche monumentale ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.