Accéder au contenu principal

Yémen: 31 civils tués dans des raids après le crash d’un avion de la coalition

Un chasseur-bombardier saoudien de type «Tornado» survole la mer du Golfe, le 29 novembre 2007.
Un chasseur-bombardier saoudien de type «Tornado» survole la mer du Golfe, le 29 novembre 2007. Hassan AMMAR / AFP

Les frappes aériennes de la coalition ont répondu à l'écrasement d'un avion militaire saoudien dans l'ouest du pays. Pas d’explication officielle, mais une revendication : celle de la rébellion houthie qui assure l'avoir abattu.

Publicité

L'avion de combat de type Tornado s'est abîmé ce vendredi soir 14 février, aux alentours de minuit heure locale. Le porte-parole de la coalition n'a pas donné de détails ni sur les raisons de ce crash ni sur le sort de son équipage, mais les Houthis s'en sont chargés.

La chaîne de télévision proche de ce mouvement assure qu'il a été touché par un missile sol-air très perfectionné. Cela témoigne, selon le porte-parole des insurgés, de l'importante amélioration des capacités de défense de la rébellion.

D'après les Nations Unies, les Houthis, soutenus par l'Iran et le Hezbollah, ont acquis de nouvelles armes depuis 2019. Ont-ils désormais le savoir-faire et le matériel suffisant pour contrer l'aviation saoudienne ? Impossible à confirmer, mais ce serait une première depuis le début du conflit en 2015, déclenché après une offensive des rebelles Houthis qui se sont emparés de vastes pans du territoire, dont la capitale Sanaa.

La coalition militaire sous commandement saoudien a répliqué le 15 février en procédant à des frappes dans la province d’Al-Jawf. 31 civils ont été tués et 12 blessés, selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

Le non-respect des conventions internationales

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite a de son côté reconnu dans un communiqué qu’il pouvait y avoir eu des dégâts collatéraux au cours de ce qu’elle a appelé une opération de recherches et sauvetage.

Ces frappes aériennes ont eu lieu à Al Hayjah dans une province sous contrôle Houthi. Selon la chaine de télévision proche des rebelles, des civils se trouvaient rassemblés autour des débris de l'appareil et il y aurait des enfants parmi les victimes.

Après l'annonce des frappes du 15 février, la coordinatrice humanitaire de l'ONU a dénoncé une nouvelle fois le non-respect des conventions internationales par les combattants. Le conflit qui dure depuis 2015 ans a fait des dizaines de milliers de morts, des civils pour la grande majorité d'entre eux.

À lire aussi : Yémen: dans l'impasse militaire, Riyad en quête de dialogue avec les Houthis

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.