Accéder au contenu principal
Reportage

Législatives en Iran: les conservateurs s’unissent derrière Mohammad Ghalibaf

Le candidat conservateur iranien à la présidence et maire de Téhéran, Mohammad Bagher Ghalibaf, prononce un discours lors d'un rassemblement de campagne dans la capitale iranienne (archives).
Le candidat conservateur iranien à la présidence et maire de Téhéran, Mohammad Bagher Ghalibaf, prononce un discours lors d'un rassemblement de campagne dans la capitale iranienne (archives). ATTA KENARE / AFP

En Iran, très critiqués pour leur division, les conservateurs sont finalement arrivés à s'unir pour les élections législatives. À Téhéran, ils ne présentent maintenant plus qu'une liste unique, avec à sa tête Mohammad Ghalibaf. C'est l'ancien maire conservateur de la ville, candidat à deux reprises aux élections présidentielles.

Publicité

De notre envoyée spéciale à Téhéran,

Sur une scène, face à de potentiels électeurs, une dizaine des 30 candidats de la liste de l'ancien maire Mohammad Ghalibaf. Parmi eux, Fatemeh Rahbar. Elle a déjà derrière elle trois mandats de député. À ses yeux, ces législatives sont une occasion pour le peuple de renforcer le Parlement en votant massivement conservateur. « Si Dieu le veut, avec la présence des députés révolutionnaires, croyants et dévoués, avec ceux qui suivent les idéaux de l’imam Khomeini, les considérations du guide suprême et les objectifs de la révolution, le Parlement va retrouver son pouvoir. Le Majlis sera à nouveau au dessus des autres instances et le pays sera remis sur ses rails. »

Dans l'assistance, Nourali Zarinkolah écoute attentivement. Il ne rejette pas l’actuel gouvernement réformateur du président Rohani, mais son bulletin, vendredi, sera conservateur. « Je considère que le groupe au pouvoir n'est pas responsable de la situation. Les vrais coupables sont les États-Unis, qui ont fait payer un prix très lourd à notre pays en violant les règles internationales. En réalité, dans un contexte normal, le peuple n'est pas attaché à un parti ou un autre. S'ils considèrent qu'un parti travaille mieux que l'autre, qu'il consacre plus de temps au peuple que l’autre, les électeurs voteront tout simplement pour lui. »

La tête de liste Mohammad Ghalibaf a perdu les présidentielles à deux reprises. Cette fois-ci, si sa liste remporte une belle victoire aux législatives, il pourrait se présenter en position de force aux élections présidentielles de l'année prochaine.

À lire aussi : À la rencontre d’électeurs conservateurs dans les rues de Téhéran

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.