Accéder au contenu principal

Les combats à Idleb au cœur d'un échange téléphonique entre Poutine et Erdogan

Entre Moscou et Ankara, le dialogue est difficile sur la situation en Syrie. Ici, lors d'une rencontre à Sotchi en octobre 2019.
Entre Moscou et Ankara, le dialogue est difficile sur la situation en Syrie. Ici, lors d'une rencontre à Sotchi en octobre 2019. Alexey DRUZHININ / SPUTNIK / AFP

Alors que l'offensive des forces du régime de Damas se poursuit à Idleb, dans le nord de la Syrie, les présidents turc et russe se sont entretenus ce vendredi par téléphone.

Publicité

Les efforts diplomatiques se poursuivent pour tenter de mettre un terme au calvaire des centaines de milliers de civils syriens menacés par l'avancée des forces du régime. Principaux acteurs étrangers des combats qui font rage dans la province d'Idleb, les présidents Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine se sont entretenus par téléphone.

Selon la présidence turque, Reccep Tayyip Erdogan a demandé à son homologue russe de « freiner » le régime syrien. Moscou est le principal soutien politique et militaire de Bachar el-Assad et c'est avec l'aide du puissant allié russe que l'armée syrienne progresse actuellement dans la province d'Idleb encore tenue par des groupes rebelles et jihadistes. Toujours selon Ankara, le président turc a exhorté son homologue russe à mettre pleinement en œuvre l'accord russo-turc de 2018 qui devait imposer le calme dans la région d'Idleb.

À lire aussi : Deux soldats turcs tués dans des frappes aériennes à Idleb

Mais c'est à l'évidence un dialogue difficile et déséquilibré que mènent Ankara et Moscou. Durant sa conversation avec son homologue turc, Vladimir Poutine a insisté sur les « actions agressives » que mènent les jihadistes à Idleb.

La situation dans le nord de la Syrie – dramatique pour les civils – préoccupe les Européens, en particulier la France et l'Allemagne. Jeudi, Emmanuel Macron et Angela Merkel se sont entretenus avec Vladimir Poutine et ce vendredi avec Reccep Tayip Erdogan. Paris et Berlin proposent la tenue d'un sommet à quatre, réunissant les dirigeants russe, turc, français et allemand.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.