Accéder au contenu principal

Coronavirus: deux nouveaux décès en Iran, l'inquiétude grandit dans la région

Un membre du personnel médical prend la température des passagers à leur arrivée à l'aéroport de Nadjaf, en Irak, le 21 février 2020.
Un membre du personnel médical prend la température des passagers à leur arrivée à l'aéroport de Nadjaf, en Irak, le 21 février 2020. REUTERS/Alaa al-Marjani

Les autorités iraniennes ont annoncé ce vendredi 20 février que deux nouvelles personnes contaminées par le coronavirus sont décédées dans le pays. L'inquiétude gagne les pays voisins.

Publicité

En pleine journée électorale en Iran, le ministère de la Santé a annoncé ce vendredi le décès de deux nouvelles personnes contaminées par le coronavirus, portant le bilan officiel à quatre morts dans la République islamique. Les autorités ont également confirmé que 13 nouvelles personnes ont été infectées par le virus, portant le total de malades à 18.

Les autorités disent avoir identifié plus précisément les deux premiers décès liés à la maladie dans la ville sainte chiite de Qom. Selon le porte-parole du ministère de la Santé, Kianouche Jahanpour, sept des 13 nouveaux cas ont été enregistrés dans cette ville, quatre à Téhéran, et deux à Gilan, sur la côte de la mer Caspienne, au nord du pays.

Mais un haut responsable du gouvernement iranien qui a souhaité conserver l'anonymat a déclaré à la rédaction persane de RFI que le nombre de personnes contaminées et suspectées de l'être dépasse les 300 à Qom, et les 750 dans tous les pays, tandis qu'au moins trois personnes sont mortes à Téhéran.

Aux grands maux les grands remèdes

De crainte que le coronavirus ne se propage sur son sol, l'Irak a fermé sa frontière aux ressortissants iraniens. Une mesure exceptionnelle alors que les échanges avec le grand voisin iranien sont essentiels pour l'économie irakienne. La compagnie Iraqi Airways a suspendu ses liaisons avec la République islamique, tout comme la Koweit Airways.

Jusque-là plutôt épargnés, les pays du Moyen-Orient craignent l'arrivée du coronavirus. Car Qom, où ont été recensés la plupart des contaminations en Iran, accueille tout au long de l'année des milliers de pèlerins ou d'étudiants de la région. C'est d'ailleurs dans cette ville que s'était rendue une Libanaise de 45 ans qui a été prise en charge vendredi à l'aéroport de Beyrouth. Il s'agit du premier cas de coronavirus recensé dans le pays du Cèdre. Au Liban, comme en Irak, les voyageurs en provenance d'Iran seront désormais placés en quarantaine pendant deux semaines.

En Turquie, le ministre de la Santé a annoncé la mise en place d'un carnet de santé pour tous les Iraniens qui entrent sur le territoire. Il a ajouté qu'ils devraient par ailleurs passer des examens médicaux dès leur arrivée à l'aéroport.

La situation se complique

La « fenêtre de tir » pour enrayer l'épidémie du nouveau coronavirus « se rétrécit », a annoncé ce vendredi l'Organisation mondiale de la Santé, alors que les cas en dehors de la Chine continuent de progresser. « C'est pourquoi nous avons appelé la communauté internationale à agir rapidement, y compris en matière de financement. Ce n'est pas ce que nous voyons », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse à Genève.

« Bien que le nombre total de cas à l'extérieur de la Chine reste relativement faible, nous sommes préoccupés par le nombre de cas sans lien épidémiologique clair, tels que les antécédents de voyage ou les contacts avec un cas confirmé », a-t-il souligné. L'épidémie a déjà contaminé plus de 75 500 personnes en Chine et 1 150 dans 26 autres pays. Le nouveau virus a fait plus de 200 morts en Chine et 8 autres ailleurs dans le monde, selon l'OMS.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.