Accéder au contenu principal

Syrie: l'armée reprend Saraqeb, Erdogan menace l'Europe de «millions» de migrants

«Les forces du régime sous couverture aérienne russe ont pu reprendre le contrôle total de Saraqeb», a dit l'Observatoire syrien des droits de l'homme à l'AFP.
«Les forces du régime sous couverture aérienne russe ont pu reprendre le contrôle total de Saraqeb», a dit l'Observatoire syrien des droits de l'homme à l'AFP. Muhammad HAJ KADOUR / AFP

Les forces du régime de Damas ont repris lundi 2 mars Saraqeb, une localité stratégique. Le président turc, attendu jeudi 5 mars à Moscou, espère obtenir un trève de la part de son homologue russe Vladimir Poutine. Recep Tayyip Erdogan accentue la pression et menace les Européens

Publicité

L'armée syrienne est entrée aujourd'hui à Saraqeb, une localité située à la jonction de deux axes routiers importants, au sud-est de la ville d'Idleb. Saraqeb a changé plusieurs fois de mains au cours des dernières semaines, prises par les forces de Damas, reprises par les groupes rebelles avec l'appui de la Turquie la semaine dernière et donc de nouveau contrôlée par le régime et ses alliés depuis aujourd'hui, selon plusieurs sources.

Fait significatif : la Russie a annoncé que des unités de sa police militaire se sont déployées dans Saraqeb, ce qui pourrait indiquer que Moscou verrouille désormais cette position. Selon l'OSDH, plus de 90 soldats du régime ont été tués dans les bombardements turcs depuis vendredi, tout comme 10 combattants du Hezbollah.

Une rencontre entre les présidents russe et turc est prévue jeudi 5 mars à Moscou. Recep Tayyip Erdogan a déclaré qu'il exigerait un cessez-le-feu en Syrie. Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan soutiennent des camps ennemis sur le terrain, mais ont su se parler et même coopérer ces dernières années. C'est cette relation particulière qui est aujourd'hui mise à l'épreuve par la confrontation en cours dans la province d'Idleb. Le régime de Bachar el-Assad appuyé par les forces russes est à l'offensive depuis des mois et la Turquie a annoncé dimanche qu'elle lançait l'opération « Bouclier du Printemps » contre les forces syriennes.

Erdogan menace l'Europe de « millions de migrants »

« Bientôt, des millions » de migrants se dirigeront vers l'Europe après l'ouverture des frontières, a affirmé Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours lundi 2 mars à Ankara. Le président turc accentue la pression sur ses voisins européens afin de trouver un soutien dans ses opérations en Syrie. Une stratégie qui interroge... Des milliers de personnes se sont en effet massées ce week-end le long des 212 km de la frontière terrestre gréco-turque et notamment au poste de Pazarkule. L'Organisation internationale des migrations (OIM) a estimé leur nombre à quelque 13 000.

Ce lundi, elles continuaient d'affluer dans l'espoir de traverser, en dépit des mesures musclées prises par Athènes, dont les forces tirent des grenades lacrymogènes et utilisent des canons à eau. Selon les autorités grecques, 1 300 migrants ont par ailleurs réussi à gagner les îles de la mer Égée entre dimanche et lundi matin. Un petit garçon est mort ce lundi au large de Lesbos lors du naufrage d'une embarcation chargée d'une cinquantaine de personnes.

On nous a trompés. On a cru que la porte était vraiment ouverte mais en fait, il n’y a rien. Ça fait trois jours que je n’ai rien mangé. Il n’y a rien à faire. Comme je n’ai plus d’argent, je ne peux même pas rentrer à Istanbul.

A la frontière turco-grecque, des migrants entre colère et désespoir

Dans le camp de Moria, le plus grand d'Europe, où s'entassent près de 20 000 personnes, la tension s'est encore accrue. Les demandeurs d'asile ont voulu manifester jusqu'à Mytilène, la capitale de Lesbos, pour dénoncer leurs conditions de vie exécrables. La police les en a empêchés à l'aide de gaz lacrymogènes.

Les réfugiés de Moria laissent éclater leur colère

La chancelière allemande Angela Merkel a jugé « inacceptable » la décision turque d'ouvrir les frontières avec la Grèce. La dirigeante allemande reproche au président turc Erdogan d'exprimer son mécontentement « sur le dos des réfugiés ». Lors d'un entretien téléphonique avec elle ce lundi soir, celui-ci a réclamé un « juste partage du fardeau » dans l'accueil des migrants, a fait savoir la présidence turque.

Le président turc a actuellement le sentiment de ne pas être suffisamment soutenu par d’autres pays. Mais malgré toute la compréhension que l’on peut avoir pour sa situation, il est totalement inacceptable de rechercher un soutien supplémentaire sur le dos des réfugiés. En leur permettant de se diriger vers la frontière, on les envoie de fait dans une impasse. Notre politique, fondée sur l’accord entre l’Union européenne et la Turquie, a pour but de ne pas trouver des solutions sur le dos de ces réfugiés. Ce texte veut améliorer leur prise en charge et lutter contre les passeurs. La solution à la crise actuelle passe par des discussions avec la Turquie pour que l’accord conclu avec l’Europe soit de nouveau accepté par les deux partis et appliqué comme cela était le cas jusqu’à ces derniers jours.

Angela Merkel

Réunion des ministres de l'Intérieur de l'UE le 4 mars

Une réunion extraordinaire des ministres de l'Intérieur de l'Union européenne a été convoquée mercredi 4 mars à Bruxelles pour aider la Grèce et la Bulgarie après la décision turque d'ouvrir ses frontières. « La réunion extraordinaire des ministres de l'Intérieur de mercredi sera l'occasion d'adopter des mesures de soutien à la Grèce », a affirmé le vice-président de la Commission européenne Margaritis Schinas dans un message sur son compte Twitter

Le président français Emmanuel Macron a souligné dimanche soir la « pleine solidarité » de la France avec la Grèce et la Bulgarie, confrontées à un afflux de migrants depuis la Turquie, et sa volonté de « leur prêter une assistance rapide et protéger les frontières » dans le cadre des « efforts européens ».

L'agence européenne Frontex lancera une intervention rapide

À la demande du gouvernement grec Frontex va renforcer ses moyens pour contrôler l’arrivée de migrants suite à la décision de Reccep Tayyip Erdogan de laisser les réfugiés quitter son pays vers l’Union européenne. L’agence européenne a déjà 400 agents sur le territoire grec. Le directeur de Frontex a lancé ce qu’on appelle une « intervention rapide aux frontières ».

On va envoyer très vite des garde-côtes et de l’équipement: les pays contributeurs auront 5 jours pour fournir des hommes et 5 de plus pour le matériel. Le plan est encore en discussion, mais je peux vous dire que la Grèce nous demande des bateaux, de l’aide pour la surveillance. Nous allons aussi envoyer des renforts pour l’enregistrement des gens et les contrôles de sécurité… La demande concerne surtout la frontière maritime, même si tout n’est pas arrêté et qu’on n’a pas tous les détails. C'est de ce côté surtout qu’ils disent avoir besoin d’aide. Les bateaux de Frontex ne peuvent pas aller dans les eaux territoriales turques, mais ils patrouilleront pour surveiller le côté turc des détroits entre les côtes. Non, nous ne renvoyons pas les gens en Turquie mais nous pouvons prévenir ceux qui s’apprêtent à traverser qu’ils vont entrer illégalement dans les eaux européennes. Par ailleurs, si des gens se trouvent en détresse, notre responsabilité, comme celle de n’importe quel bateau d'ailleurs, c’est de les secourir et de les conduire à un port sûr.

Chris Borowski, porte-parole de Frontex: «On va envoyer très vite des garde-côtes et de l’équipement»

À écouter aussi : Stratégie d'Erdogan en Syrie: «une fuite en avant pour occulter des déconvenues sur le plan intérieur»

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.