Accéder au contenu principal

Coronavirus: l'Europe livre du matériel médical à l'Iran grâce au mécanisme de troc Instex

Désinfection des rues à Téhéran, la capitale iranienne, le 13 mars 2020.
Désinfection des rues à Téhéran, la capitale iranienne, le 13 mars 2020. AFP

L'Europe a livré du matériel médical à l'Iran, l’un des pays les plus touchés au monde par le Covid-19. Cette livraison a été effectuée grâce à Instex, un mécanisme de troc  qui permet de contourner les sanctions américaines. Il vient d’être utilisé pour la première fois, annonce le ministère allemand des Affaires étrangères.

Publicité

Il aura fallu une pandémie, et donc une crise sanitaire majeure, pour qu’Instex soit enfin fonctionnel. Mis en place par les Européens en janvier 2019 pour contourner les sanctions américaines, ce mécanisme n’avait jamais été utilisé jusque-là

Sur le papier, cette méthode de troc est parfaitement légale. Comment ça marche ? L’Iran exporte par exemple son pétrole vers l’Espagne. Madrid crée alors un avoir en euros pour Téhéran au sein d’Instex. Cette somme permettra à la république islamique d’acheter des produits fabriqués en France, en Allemagne ou partout ailleurs au sein de l’Union européenne. Pas de transaction en dollars, pas de sanctions américaines.  

Mais tout ça n’est que théorie, car en pratique l’import-export ne se fait pas entre Etats mais entre entreprises européennes et iraniennes.  De quoi refroidir les grands groupes européens présents outre-Atlantique, et qui redoutent donc malgré tout les sanctions de Washington. 

La France, l'Allemagne et le Royaume Uni confirment qu'Instex a mené avec succès sa première opération. Mais aucun détail n’est révélé pour le moment concernant le montant de la transaction, ni la nature du matériel médical livré.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.