Accéder au contenu principal

Israël: Netanyahu réitère ses promesses d'annexion en Cisjordanie

La colonie juive de Maale Edumin en Cisjordanie (image d'illustration).
La colonie juive de Maale Edumin en Cisjordanie (image d'illustration). REUTERS/Baz Ratner

C’est l’une de ses principales promesses de campagne et Benyamin Netanyahu en fait l’un des principaux enjeux de ce début de nouveau mandat. Le Premier ministre israélien promet à nouveau d’entamer l’annexion de pans de la Cisjordanie dès le 1er juillet 2020. En recevant des représentants des colons dimanche soir, il a précisé que cette annexion se ferait par étapes. Mais la faisabilité de ce projet reste incertaine.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Selon le plan élaboré par l’administration de Donald Trump, c’est près de 30% de la Cisjordanie qu’Israël pourrait annexer au détriment des Palestiniens. Mais cette annexion pourrait prendre du temps : il existe des désaccords entre Israéliens et Américains sur la délimitation de certaines zones à annexer. En revanche, le Premier ministre israélien veut avancer vite sur les zones qui font consensus : les colonies elles-mêmes. Celles-ci, promet-il, seront annexées dès le 1er juillet.

Netanyahu veut montrer qu’il ne fléchit pas

En renouvelant cette promesse de campagne et en précisant un peu le calendrier de sa réalisation, Netanyahu veut montrer à son électorat qu’il ne fléchit pas alors que les mises en garde internationales se multiplient : les Palestiniens, la Jordanie, l’Union européenne (UE), la Russie ont tous appelé le chef du gouvernement à revenir sur cette promesse, y voyant un danger pour un règlement pacifique du conflit israélo-palestinien et la stabilité régionale.

Les États-Unis n’ont pas donné leur feu vert

Mais, même s’il précise son calendrier, Benyamin Netanyahu sait qu’il n’a pas toutes les cartes en mains. Les États-Unis n’ont pas encore donné leur feu vert, reconnaissait-il hier soir face à des représentants des colons. Son allié de coalition, le parti Bleu-Banc de Benny Gantz, n’a pas pour l’instant exprimé de soutien à ce projet. Et une partie des formations de droite et des colons y est opposé. En l’état, une majorité à la Knesset n’est pas assurée.

À lire aussi: Manifestation à Tel Aviv contre le projet d'annexion d'une partie de la Cisjordanie

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.