Accéder au contenu principal
Turquie

Turquie: attentat meurtrier à Suruç près de la frontière syrienne

Explosion meurtrière à Suruç, en Turquie, ce lundi 20 juillet 2015.
Explosion meurtrière à Suruç, en Turquie, ce lundi 20 juillet 2015. AFP PHOTO / DICLE NEWS AGENCY

Une violente explosion causée par un kamikaze a fait de nombreuses victimes à la mi-journée en Turquie à Suruç, près de la frontière syrienne. Le dernier bilan officiel fait état d'au moins 31 morts. Une centaine de personnes ont été blessées. L'attaque visait un groupe de jeunes qui s'apprêtaient à se rendre dans la ville kurde syrienne de Kobane, où un autre attentat meurtrier a eu lieu quasi simultanément. «Les premiers éléments [de l’enquête] montrent que l'explosion est un attentat suicide et qu'il a été perpétré par Daesh [l'acronyme arabe du groupe jihadiste Etat islamique] », a affirmé le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu.

Publicité

A suivre avec notre correspondant à Istanbul,  Jérôme Bastion

Les plus de 300 volontaires, réunis sous la bannière de la Fédération des associations de jeunes socialistes, venaient d’arriver d’Istanbul en bus et s’apprêtaient à passer à Kobane pour participer à la reconstruction de la ville.

Au moment de l’explosion, ils étaient attablés pour un petit-déjeuner accompagné d’une conférence de presse dans le jardin du Centre culturel de la ville de Suruç, proche de la frontière.

La thèse d’un ou d’une kamikaze est désormais confirmée. La déflagration a été d’une extrême violence, enflammant les arbres du jardin, blessant et tuant de très nombreuses personnes. Les responsables locaux, qui disent manquer d’ambulances pour prendre en charge les blessés, ont lancé des appels pour des dons de sang.

Attentat à Kobane

Quelques instants après l'explosion de Suruç, un attentat à la voiture piégée a également secoué la ville de Kobane, à environ 5 kilomètres côté syrien. Selon Rami Abdel Rahman, directeur de l'ONG Observatoire syrien des droits de l'homme, « un kamikaze a fait exploser un véhicule piégé à un point de contrôle dans le sud de Kobane. Deux combattants kurdes ont été tués par l'explosion. »

A Suruç, beaucoup évoquent une responsabilité de l’organisation Etat islamique. Selon l'Agence France-Presse, qui cite une source officielle turque, les autorités d'Ankara ont de « fortes raisons » de penser que l'EI est à l'origine de l'attentat.

Si cette paternité était confirmée, ce serait une première sur le sol turc depuis l'émergence du groupe jihadiste, qui contrôle depuis plus d'un an d'importantes parties des territoires irakien et syrien, notamment près de la Turquie.

Le site du centre culturel de Suruç, ville proche de la frontière syrienne, peu après l'attentat ce lundi matin.
Le site du centre culturel de Suruç, ville proche de la frontière syrienne, peu après l'attentat ce lundi matin. AFP/Dicle News Agency

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.