Accéder au contenu principal
Ça fait débat avec Wathi

Mettre la question des valeurs collectives dans le débat public

Audio 03:17
Gilles Yabi.
Gilles Yabi. Archive de Gilles Yabi

Nouvel épisode autour des valeurs africaines. Gilles Yabi poursuit sa réflexion et souligne la nécessité pour les peuples africains de débattre puis de définir les valeurs collectives qui devraient cimenter leurs sociétés, marquées par leur grande diversité culturelle et religieuse et soumises à de multiples influences.

Publicité

C’est d’ailleurs la première raison pour laquelle nous nous sommes intéressés à Wathi à la question des valeurs africaines. On entend souvent dans les discours publics et les conversations privées l’évocation des valeurs africaines, soit pour les célébrer, soit pour regretter qu’elles ne soient plus ce qu’elles étaient, soit pour accuser le reste du monde et en particulier l’Occident de détruire notre socle de valeurs par sa domination économique, politique et culturelle, et l’exportation de sa société de consommation individualiste.

Le souci est que lorsqu’on demande à ceux qui s’expriment d’identifier et de nommer ces valeurs africaines, on n’a pas beaucoup de réponses. S’agit-il de valeurs des sociétés africaines traditionnelles, celles qui subsistent ici et là dans des zones rurales, comme le respect des aînés, la solidarité familiale, la primauté de l’intérêt du groupe, de la communauté sur ceux des individus ? Si c’est de celles-là qu’il s’agit, est-on bien sûr de vouloir en faire le fondement de nos sociétés africaines de demain ?

Que proposez-vous alors comme approche ?

Lorsqu’on n’est pas sûr de savoir quelque chose, on demande… Notre première recommandation est qu’il faut demander aux populations africaines, dans leur diversité, ce qu’elles considèrent comme étant les valeurs africaines, ce qu’elles considèrent comme étant les valeurs associées à leur pays, ou à leur groupe ethnoculturel, mais aussi ce qu’elles voudraient voir comme valeurs collectives promues à l’échelle nationale qui seraient intégrées par exemple dans les programmes éducatifs.

Si on ne pose pas ces questions dans le cadre d’enquêtes d’opinions sérieuses, je ne vois pas très bien comment on pourrait arriver à un socle commun de valeurs sur lequel bâtir des communautés de destin.

Cette réflexion est d’autant plus importante que les croyances religieuses ont une influence forte sur les sociétés africaines

Si on prend en compte l’influence forte des courants religieux dans leur grande diversité dans les sociétés ouest-africaines, et que l’on comprend que beaucoup, ou certains considèrent que les seules valeurs qui vaillent sont celles qui sont dictées par leurs croyances religieuses, on saisit à la fois la sensibilité de la question et la nécessité d’un débat public sérieux sur les valeurs collectives nationales.

La religion et l'extrémisme religieux dont on parle régulièrement ces dernières années à cause avec le terrorisme au Sahel et au Nigeria...

On fait le lien avec le terrorisme, la violence des groupes armés qui se déclarent jihadistes, mais on parle peu dans l’espace public de l’influence de tous les courants religieux dominants, islamiques comme chrétiens notamment, sur l’évolution des sociétés ouest-africaines au cours des trois ou quatre dernières décennies.

Quel avenir pour la cohésion sociale dans les pays à grande diversité religieuse si on n’est pas attentif aux valeurs, aux messages véhiculés par des courants qui ont développé une offre éducative très attractive pour les parents à la recherche justement d’écoles porteuses de bonnes valeurs pour leurs enfants ?

Comment préserver la culture de cohabitation religieuse pacifique dans les prochaines décennies dans les pays du Sahel à forte domination musulmane si on ne s’entend pas dans ces pays sur des valeurs nationales qui ne se réduisent pas aux valeurs religieuses ?

Ce débat sur les valeurs est aussi essentiel pour décider des modèles de gouvernance politique…

Absolument. Une institution néerlandaise qui travaille à la promotion de la démocratie a lancé au Mali un projet que je trouve très intéressant : une enquête dans toutes les régions du pays pour demander aux populations les valeurs associées à leur culture qui devraient selon elles inspirer la gouvernance politique. C’est exactement ce qu’il faut faire. On ne peut pas continuer à affirmer que nos modèles politiques démocratiques sont importés, voire imposés par l’Occident, et être incapables de formuler clairement des modèles alternatifs qui seraient inspirés par nos valeurs.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.