Accéder au contenu principal
Aujourd'hui l'économie

Pourquoi les entreprises françaises sont aussi présentes à Wuhan ?

Audio 04:15
L'usine de Wuhan, inaugurée en 2016, est la première usine de Dongfeng Renault Automotive Company (DRAC). On y produit Renault Kadjar (Capture d'écran).
L'usine de Wuhan, inaugurée en 2016, est la première usine de Dongfeng Renault Automotive Company (DRAC). On y produit Renault Kadjar (Capture d'écran). group.renault.com

En milieu de semaine le gouvernement français va commencer à évacuer ses ressortissants vivant à Wuhan, la ville chinoise épicentre du coronavirus. Environ un millier d'expatriés y résident, en raison de la très forte présence des entreprises françaises.

Publicité

Les taxis de la ville sont le meilleur emblème de cette présence française, ils sont de la marque Citroën. Le groupe PSA s'y est installé au début des années 90. Il a aujourd'hui trois usines sur place. Ce choix lui a été imposé par son partenaire chinois Dong Feng. Les constructeurs automobiles locaux sont tous installés dans ce berceau de la sidérurgie et à l'époque de la grande ouverture économique de la Chine qui a permis aux entreprises étrangères de commencer à s'intéresser à ce marché, Deng Xiaoping suggère au dirigeant français de l’époque de miser sur cette cité que les autorités communistes veulent développer. Un choix logique pour la France, puisque les liens avec la capitale du Hubei remontent à 1966 : le général de Gaulle et le Premier ministre de Mao Zedong décident alors de faire de cette ville le modèle de la coopération franco-chinoise. Les premiers échanges sont alors essentiellement universitaires.

Renault a rejoint PSA en 2016 en ouvrant à Wuhan sa première usine chinoise

Toujours avec Dong Feng. Dans le sillage des deux fleurons de l’automobile française sont arrivés les équipementiers. Faurecia, Valeo, Plastic Omnium. Tous ont plusieurs usines sur place et chacun a son propre centre de recherche. D’autres grandes entreprises tricolores sont présentes sur place : EDF, L’Oréal, Pernod Ricard, Alstom, Total. Les voies de transport entre la France et Wuhan ont accompagné l’essor des relations économiques avec la capitale du Hubei. La liaison directe d’Air France dessert cette destination six fois par semaine depuis sept ans et depuis trois ans, le fret ferroviaire relie la ville chinoise à Lyon et Dunkerque. Wuhan est une porte d’entrée de choix parce qu’elle est hyper connectée au reste de la Chine via le chemin de fer pour le nord et le sud et via le fleuve Yang Tsé qui se jette à l'ouest, à Shanghaï. Wuhan est aussi très connectée au reste du monde, avec son aéroport qui assure des liaisons avec 56 destinations.

Les entreprises françaises installées dans cette région vont-elles souffrir des conséquences du coronavirus ?

La ville est littéralement coupée du monde. Si cette quarantaine s’installe dans la durée, il y aura des pertes passagères pour toutes les entreprises. D’abord parce que cela finira par bloquer la production et ensuite parce que la propagation de la maladie va sans doute freiner la consommation des ménages. Un vrai cauchemar pour le secteur automobile déjà soumis à rude épreuve. Les ventes de voitures ont plongé l’an dernier en Chine et avant même la déclaration du coronavirus PSA réfléchissait à la fermeture de l’un de ses sites de Wuhan. Les suites de la pandémie vont certainement influencer sa décision. Étant donné l’importance cruciale du marché chinois, on voit mal les entreprises et les autorités françaises remettre en cause leur relation privilégiée avec Wuhan à cause du coronavirus. Le projet le plus novateur concerne la construction en cours d’une ville durable franco-chinoise dans la périphérie de Wuhan. Pour le moment la prudence impose de rapatrier les Français vivant sur place. Le ministère des Affaires étrangères est en train d'en faire un décompte exact, on parle d'une communauté d'environ un millier de personnes.

►En bref

Le gouvernement britannique a présenté dimanche les pièces de monnaie spécialement frappées pour célébrer le brexit

Ont été émises trois millions de pièces de 50 pence portant la date du divorce, le 31 janvier 2020, c'est-à-dire la fin de la semaine et une inscription voulant résumer l'état d'esprit du Royaume-Uni après sa sortie de l'union: « paix prospérité et amitié avec toutes les nations ». Les pièces seront disponibles à partir de vendredi.

En France la nomination du futur dirigeant de Renault est imminente

L'Italien Luca de Meo, ancien patron de la marque automobile espagnole Seat, est le candidat du groupe français. Mais il faut encore négocier avec Volkswagen, l'Allemand propriétaire de Seat veut des garanties sur la confidentialité qui lie son ex-employé avant de donner son feu vert.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.