Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Le modèle français du maintien de l’ordre en question

Audio 19:30
Des CRS lors d'une manifestation contre la réforme des retraites à Paris, le 5 décembre 2019.
Des CRS lors d'une manifestation contre la réforme des retraites à Paris, le 5 décembre 2019. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Il y a trois semaines, Cédric Chouviat, livreur, mourait des suites d’une interpellation violente lors d’un simple contrôle de police, en France. Ce dérapage a ravivé le débat sur les violences policières dans l'Hexagone.

Publicité

Car, depuis le début des manifestations des «Gilets jaunes» en novembre 2018, les cas de blessures graves par la police se sont multipliés dans les rangs des manifestants. Échymoses, brûlures, voire des mains ou des yeux arrachés, le journaliste David Dufresne a recensé 550 blessés par la police, depuis novembre 2018. Lilian Diéssié est l'un d'entre eux. Cet adolescent de 15 ans a reçu un tir de LBD en pleine mâchoire, alors qu'il sortait d'un centre commercial, un jour de manifestations de «Gilets jaunes» à Strasbourg. C'était en 2019, et depuis, sa mère Flore se bat pour faire sanctionner le policier à l'origine de ce tir et obtenir réparation. Mais, son combat est loin d'être gagné. Notre correspondant Robin Dussenne l'a rencontré.

Et dans ce contexte de débat public sur les violences policières, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a annoncé, dimanche 26 janvier 2020, le retrait d'une grenade lacrymogène particulièrement controversée -- la GLI-F4 – car elle contient une charge d'explosifs, et a provoqué des mutilations graves. Mais, pour les organisations de policiers, cette décision s'apparente surtout à de la communication, car cette munition n'est plus produite depuis quelques années, et ses stocks quasi épuisés. Surtout, elle doit être remplacée par une autre qui ne contient pas de TNT, mais dont la dangerosité est à ce stade assez méconnue.

En Allemagne, les scènes de violence entre les «Gilets jaunes» et la police suscitent l’incompréhension. Car outre-Rhin, la police a une stratégie totalement différente que celle de la France face aux manifestants. C'est la doctrine de désescalade, inscrite dans la loi depuis les années 80. Communiquer plutôt que réprimer. Les explication de Déborah Berlioz.           

Autre exemple : la Belgique. Les armes autorisées y sont différentes, pas de Ianceurs de balles de défense ou grenades assourdissantes, sont autorisées les matraques ou canons à eau. Des armes dites simples, mais qui n'empêchent pas les dérapages, Laxmi Lota.

En Roumanie, une manifestation a particulièrement marqué les esprits. Le 10 août 2018, les forces de l'ordre répriment violemment un rassemblement monstre contre le gouvernement. Amnesty International s'était alors inquiété de l'usage aveugle et excessif de gaz lacrymogène. Un an et demi plus tard, malgré 800 plaintes déposées par des civils, aucun policier n'a été interpellé. Les explications de Benjamin Ribout.  

Comment sanctionner les dérapages de la police quand il y en a ? En France, il y a bien l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), chargée de contrôler le comportement des forces de l’ordre, mais peu de plaintes aboutissent à des condamnations. Daniel Vigneron, journaliste pour le site myeurop.info compare les systèmes en Europe pour sanctionner les abus.

Et alors que la Grande-Bretagne s'apprête à quitter l'Union européenne, ce vendredi 31 janvier 2020, on a choisi de se pencher sur le mot anglo-saxon très utilisé dans la langue française, notre correspondante au Royaume-Uni, Marie Billon, nous dit tout sur son utilisation.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.