Accéder au contenu principal
Revue de presse française

À la Une: une vague verte à l’horizon des municipales

Audio 06:38
Les élections municipales se dérouleront en France les 15 et 22 mars 2020.
Les élections municipales se dérouleront en France les 15 et 22 mars 2020. AFP/Patrick Hertzog

Publicité

« Depuis quelques mois, les sondages en vue des municipales se suivent et se ressemblent, constate Le Figaro. À Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Montpellier, Grenoble ou Besançon, les écologistes sont largement sur le podium quand ils ne sont pas, en intentions de vote, en tête au premier tour. Une dynamique, voire une vague, inédite, faisant suite à un succès incontestable aux européennes. Avec 13,47 %, rappelle le journal, les Verts sont arrivés en tête de la gauche mais aussi chez les jeunes de 18 à 24 ans au premier et au deuxième tour, devant le Rassemblement national. Ce succès annoncé apparaît d’ailleurs comme un engrais biologique particulièrement efficace au verdissement des autres listes. »

Alors, s’interroge Le Figaro, « de quoi cette vague verte serait-elle le nom ? Si elle se confirme, cette percée sera-t-elle la conséquence de l’effondrement des partis traditionnels de gauche ? Ou bien le résultat du bourrage de crâne opéré par quelques apôtres de l’apocalypse, type Greta Thunberg ? Ou encore la traduction d’une prise de conscience suscitée par des catastrophes comme l’accident de l’usine Lubrizol de Rouen ou les gigantesques incendies d’Australie ? Toutes les explications sont possibles, pointe Le Figaro, et toutes les nuances de vert sont dans l’électorat. Seule certitude : Emmanuel Macron n’a pas su répondre aux craintes des uns et aux aspirations des autres. »

Tous écolos !

En tout cas, le vert est à la mode et ce, dans tous les partis… « Face à l’urgence climatique, et parce qu’après ce sera trop tard vous mourrez, tous les candidats sont subitement devenus les zélateurs fous de la végétalisation, s’exclame L’Union. Après mars 2020, les toits, les murs, les sanisettes, les abribus seront végétalisés, ironise le journal, les villes seront forêts, les autoroutes voies vertes, le béton doit disparaître sous les pâquerettes. Tendez l’oreille, cette campagne est un festival. La palme de l’imagination la plus débordante revenant aux candidats parisiens, pointe encore L’Union. Il suffit que l’un veuille transformer le périph' en champs de betteraves pour que l’autre propose de déplacer la gare de l’Est dans les cités, ce à quoi la troisième répond qu’elle interdira le diesel dès le 23 mars, aussitôt doublée par la maire en place qui supprime la moitié des places de parking. Paris, ses alpages, ses abeilles et ses fromages… »

ChangeNow : innovations écolos

Il n’y pas que le champ politique : le vert occupe les esprits… Tout ce qui peut contribuer à préserver la planète est le bienvenu.

« L’écologie positive, ça marche aussi ! », s’exclame Le Parisien en première page. « Loin des débats politiques, des entrepreneurs innovent et démontrent que la défense de l’environnement ne rime pas toujours avec taxes et interdictions. »

Le Parisien qui a visité en avant-première le salon ChangeNow (le changement maintenant) qui s’ouvre ce jeudi au Grand Palais à Paris. « Quel est le point commun entre une brique isolante made in France conçue à base de vêtements recyclés, un cargo propulsé à la voile et une paire de baskets en pneus usagés ? Toutes ces innovations à vocation écologique seront mises en valeur à partir d’aujourd’hui donc sous les verrières du Grand Palais. Les organisateurs de ChangeNow présentent l’événement comme "l’Exposition universelle des solutions pour la planète". Quelque 20 000 personnes y sont attendues sur trois jours : investisseurs engagés dans l’économie verte, professionnels de l’alimentation de demain, créateurs de mode, responsables ou gestionnaires de transports propres. Pas moins d’un millier d’initiatives ayant un impact positif sur l’environnement seront présentées sous la nef. "Des nouveaux matériaux aux solutions antigaspillage, en passant par des burgers au goût de viande mais à base de protéines végétales, ChangeNow est la vitrine du monde qui change, résume Rose-May Lucotte, cofondatrice de l’événement, interrogée par Le Parisien. C’est la possibilité de présenter des solutions qui ont parfois besoin de visibilité et de financement et de faire le pont entre les entreprises qui les portent, les élus et les citoyens". »

Retraites : « de belles empoignades en perspective… »

À la Une également, la réforme des retraites, avec la conférence de financement qui démarre ce jeudi…

« Une conférence de financement proposée par Laurent Berger, le patron de la CFDT, pour éviter l’instauration par l’exécutif d’un âge pivot à court terme, rappelle Libération. D’ici la fin avril, les partenaires sociaux doivent se mettre d’accord sur un cocktail de mesures afin d’équilibrer le système actuel et celui à points. »

Alors, « il faudra faire preuve d’inventivité, s’exclame Le Midi Libre. (…) Au plus fort du conflit, Édouard Philippe avait saisi la balle de la CFDT au bond pour faire baisser la pression. L’ensemble des syndicats se réunissent donc jusqu’au 30 avril pour trouver une autre voie que celle de l’allongement de la durée du travail, autrement appelée âge pivot. Entre le patronat qui refuse une hausse des cotisations, la CGT qui s’épuise à réclamer le retrait du projet et la CFDT qui est pour mais pas comme ça, la discussion promet de belles empoignades. D’autant que ce que craignent les uns peut être l’objectif des autres. L’enlisement et l’absence de solutions "valables" permettront au final au gouvernement de réintégrer l'âge d'équilibre. »

Pax americana

Enfin, le plan de paix proposé par Trump et Netanyahou censé résoudre le conflit israélo-palestinien continue de susciter sidération et indignation…

Libération n’en revient toujours pas : « la présentation mardi soir à Washington de ce "deal du siècle" laisse pantois, tant le président américain a endossé son costume de commercial de choc. Son plan de paix, c’est du "win-win", j’vous jure, tout le monde y gagne, un check et affaire conclue ! Il manque la signature des Palestiniens en bas de page ? Pas grave, ils comprendront leur bonheur après avoir testé le produit… On croit rêver, on se pince, les images de Clinton, Rabin et Arafat dans la tête. »

« Ce plan n’est pas pertinent, s’exclame La Croix, et pas seulement parce que les Palestiniens le refusent. Il bafoue en effet le droit international en admettant que des territoires conquis par la force puissent être légitimement attribués à l’envahisseur. S’il était présenté aux Nations unies, il est prévisible qu’il serait rejeté, chaque État étant conscient qu’accepter une telle entorse au droit créerait un précédent pouvant un jour se retourner contre lui. »

Le Monde hausse encore le ton : « de quel droit Washington peut-il se prévaloir, après les précédents de Jérusalem et du Golan syrien, pour attribuer à un obligé une souveraineté sur un territoire qui n’est pas le sien ? D’aucun, sinon celui qu’autorisent la puissance et un comportement digne d’un État voyou illustré, dans un autre registre, en 2014, par l’annexion de la Crimée par la Russie. »

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.