Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

L'Europe de l'Est, relais de croissance de l'industrie chocolatière

Audio 01:48
L'industrie chocolatière parie sur la hausse de la consommation de chocolat en Europe de l'Est.
L'industrie chocolatière parie sur la hausse de la consommation de chocolat en Europe de l'Est. Pixabay/CC0

L'industrie chocolatière est confrontée à une stagnation de ses ventes dans les pays développés. Elle parie sur la hausse de la consommation de chocolat en Europe de l'Est.

Publicité

Les résultats financiers du premier grossiste mondial du chocolat Barry Callebaut illustrent l'essor de l'industrie chocolatière en Europe de l'Est. La multinationale suisse, qui transforme les fèves en poudre, en pâte et en beurre de cacao mais aussi en ingrédients chocolatés pour les plus grands de l'industrie mondiale, comme Nestlé, Mars ou Mondelez, dit avoir réalisé une croissance à deux chiffres de ses ventes, en volumes, dans l'Est de l'Europe.

La Russie deuxième marché mondial du chocolat

Le grossiste suisse a même investi en Russie. Barry Callebaut a finalisé en février 2019 le rachat d'Inforum. Une entreprise russe, basée à Kasimov à 200 km au sud-est de Moscou, qui réalise des nappages et des garnitures de chocolat.

La Russie est effectivement le deuxième marché mondial du chocolat, derrière les États-Unis et devant l'Allemagne, avec 739 500 tonnes consommées l'an dernier selon l'Organisation internationale du cacao (ICCO). Les Russes s'offrent des chocolats à toutes les fêtes et les fabricants tels que Krasniy Octyabr sont des institutions. Le débouché russe grandit aussi plus vite que celui d'Europe de l'Ouest, qui est un marché mature, tandis que le marché des États-Unis est en déclin au dernier trimestre 2019.

Le marché russe devient aussi de plus en plus exigeant sur la qualité du chocolat. En témoignent les poursuites du régulateur contre le chocolatier Lindt, accusé le mois dernier de vendre en Russie des tablettes plus bas de gamme que celles qui sont commercialisées en Europe de l'Ouest.

Encore très loin devant la Chine

Le marché russe devient aussi de plus en plus exigeant sur la qualité du chocolat. En témoignent les poursuites du régulateur russe contre le chocolatier Lindt, accusé le mois dernier de vendre en Russie des tablettes plus bas de gamme que celles qui sont commercialisées en Europe de l'Ouest.

La Chine n'est plus le seul eldorado des chocolatiers. Même si la croissance reste forte en Asie-Pacifique, +22% pour le grossiste suisse du chocolat, +6% pour l'industrie chocolatière, on part tout de même de très loin, avec des volumes cinq fois plus faibles que dans les Amériques et dix fois plus faibles que dans la zone Europe, Afrique, Moyen-Orient, qui inclut l'Europe de l'Est.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.