Accéder au contenu principal
Bonjour l'Europe

Réunion de la droite souverainiste à Rome, avec Orban mais sans Salvini

Audio 03:21
Le Premier ministre hongrois est arrivé en Italie ce lundi 3 février pour une rencontre des ténors de la droite dure européenne.
Le Premier ministre hongrois est arrivé en Italie ce lundi 3 février pour une rencontre des ténors de la droite dure européenne. ALBERTO PIZZOLI / AFP

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbàn participe ce mardi 4 février à une rencontre internationale à Rome, co-organisée par la Fondation Edmund Burke et l’association Nazione Futura, très proche des partis nationalistes en Italie.

Publicité

de notre correspondante à Rome,

Ce rassemblement est intitulé « Dieu, honneur et Patrie - le président Ronald Reagan, le pape Jean-Paul II et la liberté des Nations ». Tout un programme ! Mais la rencontre sera moins croustillante que prévu car le patron de la Ligue du Nord, Matteo Salvini s’est défilé à la dernière minute sans en expliquer les raisons. Et Georgia Meloni, leader du parti postfasciste Fratelli d’Italia, s’est contentée d’inaugurer, ce lundi soir, la conférence à l’Hôtel Plaza de Rome. Elle s’envolera ce matin vers Washington pour participer au petit déjeuner national de prière, le meeting du Parti républicain en présence de Donald Trump.

Parmi les autres vedettes annoncées, Victor Orban est déjà à Rome. Tout comme Marion Maréchal Le Pen. On peut également citer la présence de l’écrivain britannique Douglas Murray et celle du politologue israélien, Yoram Hazony, auteur d’un ouvrage qui a fait le tour du monde : « La vertu du nationalisme ».

L’alliance des nationalistes en Europe n’est pas pour demain

Deux figures clés de ce mouvement manquent à l’appel. Georgia Meloni a affirmé qu’il n’y avait pas de frictions entre son parti et celui de Salvini, mais qu’il était important que chaque force grandisse, en dehors de la coalition de droite à laquelle appartient aussi Forza Italia. Ce qui laisse supposer des désaccords, surtout entre Georgia la petite étoile montante et Salvini le grand perdant des récentes élections régionales en Émilie-Romagne.

Quant au Premier ministre hongrois, on a du mal à décrypter ses objectifs. Ce lundi, il a été reçu par le président du Conseil, Giuseppe Conte, un entretien au Palais Chigi très discret. Par ailleurs, Viktor Orban déjeunera ce mardi midi avec Silvio Berlusconi qui aimerait le convaincre de rester dans la famille du PPE. rappelons que le Fidesz, son parti, est suspendu depuis 2019 du Parti populaire européen (PPE) pour avoir porté atteinte à la démocratie et l’État de droit, aussi la présence de son leader à ce rassemblement ultra-droitier pourrait en accélérer l’expulsion. Mais ce qui risque de ne pas être digéré ce sont ces fréquentations, plus assidues, avec l’extrême droite italienne, sans parler de Marion Maréchal qui incarne le nouveau visage de la droite nationaliste française.

Un rassemblement éclipsé par le coronavirus

Cette rencontre ne fait pas la Une ce matin des quotidiens ni des journaux radio- télévisés, très concentrés sur le coronavirus et les conséquences de l’épidémie. Il faut préciser que les portes de l’hôtel Plaza ne sont pas ouvertes à toute la presse, au prétexte qu’il n’y aurait pas assez de places, et qu’aucun programme des interventions n’a été officiellement publié. Ce qui rend l’ensemble très opaque. Du moins pour le moment.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.