Accéder au contenu principal
Revue de presse française

À la Une: les Français et leur bagnole…

Audio 06:19
Le nouveau véhicule électrique (EV) City K-ZE, un SUV de la marque française Renault, présenté lors de la journée des médias pour le salon de Shanghai en Chine, le 16 avril 2019.
Le nouveau véhicule électrique (EV) City K-ZE, un SUV de la marque française Renault, présenté lors de la journée des médias pour le salon de Shanghai en Chine, le 16 avril 2019. REUTERS/Aly Song

Publicité

« Tout ce qui a changé », s’exclame Le Parisien en première page. « Comment roulent aujourd’hui les Français ? Dans quel type de voitures ? Sont-ils restés fidèles aux champions tricolores PSA et Renault ? La réponse, surprenante à bien des égards, est que, en une décennie, les automobilistes ont profondément changé leur rapport à la bagnole. C’est ce qui ressort d’une enquête commandée par plusieurs journaux de la presse régionale   dont Le Parisien. C’est peu dire que la décennie qui a suivi la crise économique que 2008 a bouleversé le panorama automobile, constate le journal : chute vertigineuse de ventes de diesels, recul des marques françaises, émergence des véhicules low-cost, parallèle à celle des SUV… et, avec la percée des véhicules électriques (timide aujourd’hui), voire autonomes, les dix ans à venir vont encore, à coup sûr, modifier la donne. »

Premier constat donc : le diesel dégringole. En 2010, les véhicules diesel représentaient les deux tiers des ventes, l’an dernier, cette part s’est effondrée à 22%. Au profit des véhicules à essence. L’électrique ne représente, lui, que de 2% des ventes, encore trop cher et un réseau de bornes de recharge encore insuffisant.

Autre fait marquant : les constructeurs français chutent. Exemple, Renault passe de 20% des ventes en 2010 à 15% en 2019. Pourquoi ? Eh bien à quoi bon acheter un véhicule estampillé tricolore quand Renault et PSA ont délocalisé totalement leurs berlines…

Enfin le marché de l’occasion dépasse désormais celui du neuf… Il pèse trois fois plus lourd ! La principale raison est financière bien sûr : le prix moyen d’une voiture neuve n’a en effet cessé de croître pour atteindre 26.000 euros en 2019 ! En comparaison, la voiture moyenne d’occasion coûte 10.000 euros de moins…

Macron au Mont-Blanc

À la Une également, Emmanuel Macron sur la mer de Glace ce jeudi…

« C’est sans doute le bout de France métropolitaine où les conséquences dévastatrices du dérèglement climatique sont les plus spectaculaires, pointe Libération. Ce jeudi matin, Emmanuel Macron descendra l’escalier de 500 marches qui mène à la célèbre mer de Glace. Le regard accablé, il se fera raconter par des experts l’inexorable effacement de ce paysage admiré pendant des siècles : depuis le début des années 2000, le glacier perd en moyenne, chaque année, jusqu’à 3 mètres d’épaisseur. Au lendemain d’une réunion à l’Élysée du Conseil de défense écologique, cette visite symbolique sera le point d’orgue d’une séquence censée illustrer l’engagement du chef de l’État pour la protection de la biodiversité et la lutte contre le réchauffement climatique. »

« Il faut espérer que la mansuétude (présidentielle) envers le Toit de l’Europe ne soit pas un cache-misère, soupire Sud-Ouest, mais la face visible d’une politique d’ensemble. Avant de se rendre au refuge du Montenvers, le président avait à nouveau réuni le Conseil de défense écologique censé opérer le tournant vert de son quinquennat. À un mois des municipales où l’écologie politique veut tutoyer les sommets, l’opération tombe à pic. Opportunisme et petits pas, fustige l’opposition. Peut-être mais nier que l’air a changé sur ces sujets serait puéril. »

Trop frileux ou trop bouillant ?

Alors Emmanuel Macron s’est-il vraiment verdi ?

Oui, répond La Nouvelle République du Centre Ouest : « c’est la priorité du reste de son mandat éclairé par le rayon vert. Les écolos moins récents et plus officiels ricanent un peu. Jaune surtout. On leur vole leur sujet qui promettait d’être vendeur le mois prochain aux municipales. (…) Le procès en opportunisme est vite instruit. Il n’est pas exclu que le jeune président soit sincère pourtant. »

Non, s’exclame La Voix du Nord : « le chef de l'État aura bien du mal à faire grandir cette fibre écolo en l’arrosant d’un engrais enrichi au libéralisme. Aux yeux des oppositions, les polémiques sur le Mercosur ou sur le traité avec le Vietnam hier encore ont montré l’impasse que constitue la conjugaison d’une économie mondialisée avec les préoccupations climatiques. Trop frileux ou trop bouillant, le président risque dans ce 'en même temps' de perdre la bataille de l’opinion. »

Pas de prêtres mariés !

« Le pape maintient la règle du célibat des prêtres » : c’est la Une du Figaro. « Dans son exhortation apostolique, François n’a pas repris la proposition visant à ouvrir la prêtrise aux hommes mariés. Elle avait pourtant été votée lors du synode sur l’Amazonie. »

Et Le Figaro approuve : « l’ordination d’hommes mariés aurait ouvert une brèche dans la tradition occidentale du sacerdoce, et surtout dans sa nature ; elle aurait gravement divisé les catholiques. François n’a pas pu ne pas entendre les ­inquiétudes des fidèles et des prêtres, et jusqu’à celle, éminente, de son prédécesseur, Benoît XVI. D’où ce choix qui privilégie d’abord l’unité : en ne franchissant pas le Rubicon, conclut Le Figaro, il emprunte la voie de la sagesse. »

Balkany libéré sous les projecteurs…

Enfin, la libération de Patrick Balkany : le maire de Levallois-Perret, est sorti de prison hier, pour raisons de santé. Il était incarcéré depuis le 13 septembre, après ses condamnations pour fraude fiscale et blanchiment aggravé. Une sortie de prison en direct devant les caméras… Le Courrier Picard dénonce un véritable cirque médiatique : « Patoche est sorti ! Sonnez trompettes et tambourins ! Soufflez flutiaux et fifrelins ! Le calvaire du fraudeur fiscal est terminé ! Le médecin mandaté a déclaré l’état de l’ex-député incompatible avec la détention. Et il est sorti ! Franchement, c’est totalement normal. (…) Mais quel cirque !, souffle le quotidien picard. L’après-midi entière, les chaînes d’info en continu nous ont amusés avec une porte qui s’ouvre, une épouse qui enchaîne les cigarettes attendant, aussi fébrile que l’est la bergère de la chansonnette avant d’avoir vu le loup, que son homme lui apparaisse dans sa berline, tel le Phénix à Hérodote. C’était indécent. »

Et attention, prévient pour sa part Le Journal de la Haute-Marne : « libéré mais pas relaxé. Patrick Balkany restera sous contrôle judiciaire. Et rien ne dit que les procédures en cours à son encontre ne se traduiront pas par de nouvelles condamnations. Il a donc tout intérêt à garder profil bas et à se méfier de lui-même. Se manifester par de nombreuses déclarations intempestives serait vite interprété pas la justice comme une contradiction avec son état de santé. » Attention, donc, au retour à la case prison…

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.