Accéder au contenu principal
Revue de presse française

À la Une: le chômage en baisse l’an dernier en France

Audio 06:28
Une enseigne de Pôle Emploi.
Une enseigne de Pôle Emploi. © RFI/Pauline Gleize

Publicité

Avec 8,1 % de chômeurs, la France retrouve son plus bas niveau de demandeurs d’emploi depuis douze ans.

Mais selon Le Figaro, même s’il faut « se garder de tout triomphalisme », même si avec 8,1 % de chômeurs, « il n’y a pas de quoi monter sur les tables, surtout lorsque nos voisins font parfois deux fois mieux que nous », ce résultat, c’est « tout sauf un hasard », car c’est la conséquence de l’opiniâtre réduction du « coût du travail ».

Bon d’accord, admet L’Humanité, mais « la 'forte baisse' vantée dans la presse est à nuancer ». Car, remarque le quotidien communiste, « si le chômage baisse, le nombre de pauvres augmente ».

Certes, concède aussi La République des Pyrénées, le chômage baisse, « mais la France est toujours en queue de peloton avec l'Italie, l'Espagne et la Grèce, alors que l'Allemagne, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne caracolent en tête » du plein emploi en Europe. Et pas qu’un peu.

De toute façon, objecte La Presse de la Manche, « il en va du chômage comme de la météo. Il y a les chiffres, et il y a le ressenti. (...) Ce résultat encourageant obtenu, reste le ressenti de la population qui, bien sûr, entre incrédules et soupçonneux, ne se sent pas toujours concernée ».

Du rififi dans le cinéma français

Deux semaines avant la cérémonie des César, la direction de l’Académie qui distribue ces récompenses l’a annoncé hier soir : elle démissionne en bloc.

C’est un vrai « coup de théâtre », pointe le journal Libération, selon lequel la direction actuelle de l’académie des César a tout simplement décidé de se « saborder », et la soirée de remise des récompenses du cinéma français, le 28 février prochain, s’annonce « sportive », prévient-il.

Étant rappelé que c’est à cause des douze nominations du film « J’accuse », de Roman Polanski qu’un vent de fronde s’est levé dans le monde du cinéma français contre l’académie des César, Libération signale qu’une partie du « très contesté conseil d’administration de l’institution avait testé l’idée de la démission collective mercredi ». On notera que cet emballement faisait suite à la publication, mardi, dans le journal Le Monde, d’un texte signé par 400 personnalités dénonçant de graves « dysfonctionnements » au sein de l’Académie, présidée par le producteur Alain Terzian.

« L’affaire Polanski » dans le cinéma français, donc, mais pas que… Le monde littéraire est aussi secoué par « l’affaire Matzneff ». Avec une perquisition au domicile parisien de cet écrivain publiquement accusé de pédophilie :

C’est le journal Le Parisien qui l’a révèle. Dans le cadre de l'enquête pour « viol aggravé » sur mineurs de moins de 15 ans qui vise l'écrivain de 83 ans, le domicile parisien de Gabriel Matzneff a été perquisitionné hier jeudi. « Il s'agit de la première perquisition menée chez l'écrivain », souligne Le Parisien.

De plus, cette semaine, le quotidien américain The New York Times avait révélé le « soutien » qu’aurait apporté à Gabriel Matzneff l’ancien socialiste du IVe arrondissement de Paris, Christophe Girard.

Adjoint de la maire de Paris Anne Hidalgo, auprès de qui l’intéressé est en charge de la culture, Christophe Girard déclare ce matin dans Le Parisien que Gabriel Matzneff « n’est pas un ami proche » et qu’il n’a « lu aucun (de ses) livre(s) », qu’il n’a « pas l’intention de les lire », même s’il les a « presque tous » dans sa bibliothèque (étant tout de même précisé que Gabriel Matzneff lui en a dédicacé un). Comme le souligne Le Parisien, « à un mois des municipales », Christophe Girard, « mis en cause pour le soutien qu’il a apporté à l’écrivain accusé de pédophilie », est « dans la tourmente ».

Au Proche-Orient, à plusieurs reprises, armées turques et syriennes se sont affrontées ces derniers jours dans la province d’Idlib

Les troupes de Bachar al-Assad tentant d’en reprendre le contrôle alors qu’Ankara, qui soutient les rebelles présents dans cette région, exige l’arrêt immédiat de l’offensive.

Et cette confrontation entre Damas et Ankara inquiète vivement le journal Le Monde. « Il n’existe pas de bonne solution pour Idlib, admet-il. Mais la poursuite de l’offensive militaire prétendument « finale » représente assurément la pire pour tous les protagonistes. Non seulement elle précipiterait le déplacement forcé des populations vers la Turquie (…), mais elle provoquerait une dissémination des djihadistes et de leurs armes en Syrie mais aussi en Turquie ». Voilà pourquoi le quotidien du soir prône un « véritable cessez-le-feu incluant l’ensemble des groupes rebelles ». Le Monde ne voit guère d’autre solution pour « empêcher un ultime bain de sang aux conséquences incalculables ».

Un peu de douceur, enfin, avec le saint du jour dans le calendrier chrétien, Saint-Valentin, patron des amoureux

Car un quotidien français le célèbre… à sa manière : c’est Le Figaro, qui pour la première fois, propose à ses amours de lecteurs une édition nationale imprimée sur papier rose !

Pourquoi rose ? Ne cherchez pas, ça n’est pas parce que le rose est supposé être la couleur de l’amour, non, non ! - du reste, jusqu’à preuve du contraire, Valentin est le saint patron des épileptiques, nuance – mais bien parce que Le Figaro participe ainsi au lancement d’un nouveau parfum dont le nom commercial fait référence au rose (et qui sent peut-être la rose, qui sait ?). Mais bon, la Saint-Valentin fait vendre. Du papier, déjà, fut-il rose. Et Le Figaro, une fois n’est pas coutume, voit ce matin la vie en rose, via également une visite à Saint-Valentin, village de 300 habitants situé dans le Berry, province du centre de la France, et qui « accueille 3000 visiteurs chaque 14 février », signale ce quotidien !

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.