Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

La Chine rouvre complètement ses frontières à la volaille américaine

Audio 01:54
(Image d'illustration)
(Image d'illustration) ANTHONY WALLACE/AFP

Ce lundi Pékin a autorisé à nouveau toutes les importations de volaille américaine. L'épidémie de coronavirus prive en effet les élevages avicoles chinois de nourriture et la Chine doit abattre ses poulets.

Publicité

Pékin prend des mesures d'urgence pour réapprovisionner la Chine en volaille. Elle rouvre totalement ses frontières à la volaille américaine sous toutes ses formes. Le coronavirus bouleverse l'industrie avicole chinoise. Pour freiner la propagation de l'épidémie humaine, le gouvernement chinois a interrompu une grande partie des échanges de marchandises. L'alimentation du bétail ne parvient plus aux éleveurs. Ils sont contraints d'abattre leur volaille parce qu'elle est privée de nourriture ou parce qu'elle ne trouve plus de débouchés, les transports d'animaux étant également très limités.

Abattages massifs de poulet en Chine

100 millions de jeunes poulets auraient été abattus, selon l'ancien directeur de l'Association chinoise de l'élevage, cité par le Financial Times. Pour l'instant cela ne représente qu'1% du cheptel chinois, mais le phénomène va, juge-t-il, s'accélerer.

Cet abattage massif fait pour l'heure décliner les prix de la volaille, alors qu'ils avaient eu jusqu'à présent tendance à augmenter, depuis l'an dernier : la volaille était la viande qui remplaçait le plus facilement le porc, en Chine, depuis que la peste porcine africaine avait décimé 40% des cochons. Cette inflation du poulet pourrait cependant reprendre de plus belle si le confinement lié au coronavirus se poursuit et que l'approvisionnement en volaille n'est plus suffisant.

La volaille vivante américaine autorisée désormais

La fin de l'embargo sur la volaille américaine est désormais plus motivé par la sécurité alimentaire de la Chine que par les négociations commerciales avec les États-Unis. Pékin avait déjà allégé son embargo à la fin de l'année dernière, en espérant mettre fin à la guerre commerciale avec Washington. Mais seule la viande de volaille américaine avait été de nouveau autorisée, quatre ans après avoir été interdite pour motif sanitaire. En 2015, en effet, les États-Unis avaient subi une épidémie de grippe aviaire sur leur sol.

Désormais tous les types de volailles des États-Unis, y compris les poulets vivants et en particulier les poulets reproducteurs, sont de nouveau les bienvenus en Chine. Il faudra néanmoins que les réserves constituées dans les ports chinois se vident. Plusieurs cargaisons de volaille américaine ont été détournées depuis l'irruption du coronavirus en Chine, faute de lieu de stockage disponible où débarquer la viande, étant donné les difficultés logistiques pour expédier cette viande à leur destination.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.