Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Infox d’État: en Europe, la résistance s’organise

Audio 19:30
Fake news.
Fake news. © Getty Images

Les gazettes municipales nouvel espace de liberté d’expression en Hongrie.À l'heure des réseaux sociaux... Comment lutter contre la propagande d'État surtout quand elle devient experte des fausses informations.

Publicité

Pologne, Italie, Serbie, les démocraties européennes sont de plus en plus nombreuses à être confrontées à ces questions. Exemple en Hongrie où le très populiste premier ministre Viktor Orban contrôle l'ensemble de l'audiovisuel public mais aussi près de 500 médias privés qui appartiennent à l'équipe au pouvoir. Comment résister à cette machine de guerre spécialiste des fake news ? Depuis les dernières municipales, des localités passées dans l'opposition tentent d'ouvrir une brèche dans cet empire médiatique. Et ce via les gazettes municipales. Ces journaux distribués gratuitement dans toutes les boîtes aux lettres redeviennent des espaces d'expression libres et critiques. Notre correspondante Florence La Bruyère s'est rendue dans le 8e arrondissement de Budapest, l'un de ces ilots de la résistance.

Et autre expert de la manipulation de l'information, le Premier ministre britannique Boris Johnson. Ce chantre du Brexit n'hésite pas à user des pires raccourcis pour gagner la bataille de l'opinion, au point qu'un site internet s'est créé : « Les mensonges de Boris Johnson » c'est son nom, il recense toutes les contre-vérités du Premier ministre. Les explications de Marie Billon.

Comment se battre sur le terrain de l'information, face aux raccourcis mensongers ? En Italie un jeune homme s'est lancé dans une véritable bataille digitale en utilisant les mêmes armes que celles des populistes italiens, la maîtrise des réseaux sociaux. Il s'appelle Lorenzo Tosa, et sa page Facebook est désormais presque aussi populaire que celle du ministre de l'intérieur italien, Matteo Salvini. Son portrait signé par Franceline Beretti.

Dernière infox en date en Bulgarie : les droits d'auteurs sur l'hymne national bulgare auraient été revendus pour 3 millions d'euros par le Premier ministre. Et une nouvelle fois c'est l'extrême droite qui est derrière cette fausse information. Les explications à Sofia de Damian Vodenitcharov.

C'est l'heure de notre chronique en Un mot ! Un mot typique et souvent intraduisible. Direction la Lettonie aujourd'hui ... qui elle non plus n'est pas épargné par le phénomène de l'infox. Et notamment via les influenceurs sur YouTube. Des influenceurs qui disent si rarement la vérité que les Lettons ont inventé un mot pour les désigner Ietekméli où les influenceurs menteurs Marielle Vitureau !

Et sur un tout autre sujet, Direction la Turquie où le18 février dernier... l’homme d’affaires Osman Kavala était acquitté après avoir été accusé d’avoir voulu renverser le gouvernement en 2013. Mais à peine l’acquittement prononcé Osman Kavala, figure influente de la société civile turque, a été de nouveau accusé, en lien cette fois avec la tentative de coup d’état de 2016 en Turquie. Son portrait, avec Juliette Gheerbrant.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.