Accéder au contenu principal
Invité de la mi-journée

Afghanistan: «L'accord de Doha n'est pas un accord de paix»

Audio 07:27
Des soldats américains se préparent à leur départ de leur base du Helmand, en octobre 2014.
Des soldats américains se préparent à leur départ de leur base du Helmand, en octobre 2014. REUTERS/Omar Sobhani/File Photo

Le Conseil de sécurité de l'ONU a approuvé hier, à l'unanimité, une résolution américaine entérinant l’accord conclu le 29 février entre les États-Unis et les talibans afghans. En même temps, les Etats-Unis ont appelé le gouvernement afghan et les talibans à des discussions « immédiates » au Qatar, pour finaliser un échange de prisonniers censé ouvrir la voie à des négociations de paix historiques. Mais Kaboul apparaît plus que jamais désuni. Explications de Romain Malejacq, professeur à l'Université de Radboud aux Pays-Bas.

Publicité

« Il est clair que cet accord de Doha est d’abord un accord de retrait des forces américaines, avant d’être un accord de paix. Ce n’est pas du tout d’ailleurs un accord de paix. C’est un accord entre les Américains et les talibans. Le problème, c’est de s’engager sur quelque chose qui n’est pas du ressort des Américains. »

Romain Malejacq est l'auteur de Warlord Survival : The delusion of State Building in Afghanistan, aux éditions Presses de l’université de Cornell.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.