Accéder au contenu principal
Chronique transports

Le marché du ciel africain a du plomb dans l'aile

Audio 02:37
La queue d'un Airbus A330-900 de la compagnie Air Sénégal.
La queue d'un Airbus A330-900 de la compagnie Air Sénégal. AFP/Pascal Pavani

L'Afrique avare de son ciel ! Deux ans après son lancement officiel, le Mutaa, le marché commun aérien africain, ne parvient pas à dépasser ses 24 signatures de départ - soit à peine la moitié des 54 pays du continent. Souhaitée par l'Union africaine qui promet 2,5 millions d'emplois (tourisme, bâtiment, commerce), cette ouverture à la concurrence permettrait aux compagnies aériennes du monde entier d'atterrir sur le sol africain. Mais pour le moment, l'Afrique de l'Ouest, Sénégal en tête, préfère protéger ses compagnies nationales. Le tout nouveau lancement d'Air Sénégal en est la dernière preuve. 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.