Accéder au contenu principal
Les dessous de l'infox, la chronique

Covid-19, les antivax à la manoeuvre

Audio 03:36
Le FBI dit enquêter sur des pirates informatiques affiliés à Pékin, qui tentent de ravir les recherches effectuées sur un vaccin contre le Covid-19.
Le FBI dit enquêter sur des pirates informatiques affiliés à Pékin, qui tentent de ravir les recherches effectuées sur un vaccin contre le Covid-19. ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP

Le coronavirus est peut-être en train de céder du terrain grâce à la lutte engagée dans le monde entier contre la maladie Covid-19, mais les théories du complot et leurs litanies d’infox, elles, continuent de se répandre sur les réseaux sociaux, et ce en dépit des engagements pris par les différentes plateformes pour empêcher tout particulièrement la désinformation médicale. Et pour certains médecins et scientifiques dévoyés, c’est l’occasion de s’offrir une nouvelle notoriété.

Publicité

Les milieux de la recherche et de la médecine ne sont pas exempts de polémiques. Il y a des débats de haut vol entre scientifiques à chaque apparition d’un nouveau virus, mais à la marge, il y a aussi tout un vivier de praticiens et chercheurs en rupture de ban, qui profitent du contexte de crise pour se refaire une virginité, et conquérir de nouveaux publics. A titre d’exemple, la vidéo intitulée « Plandémie », est devenue virale cette semaine, au-delà des cercles conspirationnistes. Les principales plateformes ont eu beau la censurer, elle continue de circuler sur U-tube par messagerie et groupes privés. Plus de quatre millions de personnes l’ont vue ou partagée.

Ce qui lui permet de dépasser le milieu des complotistes patentés, c’est qu’elle met en avant des personnalités appartenant ou ayant appartenu au monde scientifique et médical. Mais un travail de vérification scrupuleux –lui aussi disponible en ligne- permet de constater la fragilité de leur argumentaire. On pourra se référer notamment aux informations publiées dans la revue scientifique américaine Science.

Le complot de la «pandémie planifiée»

C’est la contraction des mots « pandémie  » et « planifiée » qui donne son titre à la vidéo « Plandémie ». Sous forme documentaire, la vidéo de 26 minutes se termine par l’intervention prémonitoire d’un professeur américain en conférence en 2017. Il s’agit d’Anthony Fauci, aujourd’hui membre de la cellule de crise de la Maison Blanche. Il évoquait alors le risque de pandémies à venir. Avec ces images d’archives, en guise de conclusion, les auteurs de la vidéo insinuent que ce qui se passe aujourd’hui avec le Covid-19 est l’aboutissement d’un vaste complot planifié de longue date.

Anthony Fauci, parce qu’il travaille depuis des décennies pour un centre de recherche du département américain de la santé, et qu’il lui arrive de tenir tête à l’actuel président, est devenu une cible privilégiée de ce que l’on appelle l’Alt right aux Etats-Unis, la droite alternative, antisystème, et farouchement anti-vaccins. Le personnage central de la vidéo Judy Mikovits, biologiste de formation, est présenté comme un génie incompris, bâillonné pour avoir découvert le VIH avant tout le monde. Elle en veut personnellement au professeur Fauci qui serait responsable de ses déboires. Mais après vérification, sa carrière ne correspond pas au récit qu’elle en fait. Nos confrères de Radio Canada ont repris point par point toutes les étapes de sa carrière. Aussi bien sur le Sida que sur Ebola, ses travaux ont été invalidés par d’autres équipes de recherche, et Judy Mikovits est tombée dans le grand bain conspirationniste.

Théories complotistes antivax

Judy Mikovits refuse l’étiquette « antivax », le nom que se donnent les opposants de principe à la vaccination. Elle milite pourtant ardemment contre tous les vaccins. A propos de l’Italie et de sa population âgée, elle prétend que c’est le vaccin contre la grippe qui a infecté les patients italiens morts du Covid-19. Mais elle n’apporte aucun élément de preuve alors que d’autres études contredisent ce lien entre grippe, vaccination et coronavirus, comme en témoigne les travaux publiés dans la revue Clinical Infectuous Diseases, aux presses universitaires d’Oxford. Cet argument conduit néanmoins Judy Mikovits à demander un moratoire sur tous les vaccins pendant cinq ans.

La vidéo Plandémie relaye aussi les propos de médecins américains mis en cause pour leurs prises de position contre les masques et le confinement, accusés d’affaiblir les barrières immunitaires. Tout ce qui est politique publique et gestion du risque pour la collectivité est systématiquement contesté, en vertu d’une conception purement individualiste de la liberté. Les défenseurs du port d’arme à feu aux Etats-Unis recourent au même type d’argumentaire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.