Accéder au contenu principal
Politique, le choix de la semaine

Les élections municipales ou le sparadrap du capitaine Macron

Audio 02:34
Le président Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard Philippe, le 23 mars 2018 à Paris.
Le président Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard Philippe, le 23 mars 2018 à Paris. PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

La chronique politique... Quand aura lieu le second tour des élections municipales en France ? La date n’est toujours pas arrêtée. Le gouvernement voudrait accélérer le calendrier, l’organisation du scrutin continue de parasiter sa gestion de la crise sanitaire.

Publicité

Vous connaissez peut-être ce fameux épisode du sparadrap du capitaine Haddock (dans Les aventures de Tintin d'Hergé). Même quand il secoue la main dans tous les sens, le capitaine ne parvient pas à se débarrasser d’un sparadrap. C’est un peu à l’image de ce que représente les élections municipales pour le président Emmanuel Macron et son Premier ministre Édouard Philippe.

Rappelez-vous, en mars dernier, à 4 jours du premier tour, le président Macron s’interroge sur l’annulation de l’élection alors que la France s’apprête à se confiner ... Finalement, il l’a maintenue, mais il est contraint d’annuler le second tour. C’est un fiasco, qui entame - dès le début de la crise sanitaire - la confiance des Français envers le pouvoir.

Résultat, on se retrouve aujourd’hui dans la situation bien complexe ! Plus 30 000 communes ont élu un conseil municipal dès le premier tour, mais depuis deux mois il ne peut pas siéger ! Cela a des conséquences directes sur la relance de l’activité économique : des projets, des travaux, des investissements publics sont bloqués ! Finalement, les conseillers municipaux entreront en fonction à partir de lundi prochain.

Le principal problème concerne les près de 5000 autres communes (surtout les grandes comme Paris et Marseille...) où un second tour est nécessaire. Quand l’organiser ? Eh bien « il n’y a pas de bonne solution » soupire un conseiller ministériel. Comme personne ne sait où en sera l’épidémie dans les prochains mois, arrêter une date revient à jouer à la roulette russe. C’est la raison pour laquelle l’hypothèse d’un second tour dès le mois de juin revient en force. Quitte à ne pas savoir, autant purger le problème tout de suite ! se dit-on en coulisses.

L’objectif serait d’installer au plus vite les exécutifs locaux afin qu’ils soient à pied d’œuvre pour participer à la relance économique. Et puis cela éviterait d’autres complications, car après l’été il faudrait (en tenant compte de l’avis du Conseil d’État) réorganiser les deux tours et cela décalerait le reste du calendrier électoral (les sénatoriales, les départementales et les régionales) .... Comme le dit une ministre en privé : « beaucoup de monde serait content de tourner la page » !

Les associations d’élus et la droite sont d’ailleurs d’accord avec le gouvernement. En revanche, pour certains candidats aux municipales, il était au contraire urgent d’attendre. Ce sont souvent les perdants du premier tour qui voudraient tout recommencer à zéro, comme par exemple le maire de Lyon, Gérard Collomb.

En tout cas, les obstacles sont encore nombreux : quand déposer les listes ? comment faire campagne quand les rassemblements sont interdits ? Le conseil scientifique doit rendre un avis la semaine prochaine. Emmanuel Macron et Édouard Philippe sont loin d’avoir encore décollé ce satané sparadrap.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.