Accéder au contenu principal
Afrique économie

Le bio togolais séduit l'Europe

Audio 02:08
La société togolaise Agrokom exporte la totalité de ses 2 500 tonnes de graines et de tourteaux vers la France et l'Italie.
La société togolaise Agrokom exporte la totalité de ses 2 500 tonnes de graines et de tourteaux vers la France et l'Italie. RFI/Olivier Rogez

Le Togo est devenu le premier exportateur ouest-africain de produits bio vers l'Europe. Il se classe devant le Ghana et la Côte d'Ivoire, selon les chiffres européens. La filière bio togolaise est en pleine expansion, que ce soit sur le marché local ou à l'export.

Publicité

Depuis trois ans à Lomé, les amateurs de produits bio ont leur marché. L'Espace Viva créé par Aimée Abra Tenou rassemble chaque samedi une trentaine d'agriculteurs venu de Lomé, de la région maritime et de celle des plateaux.
« On a identifié les producteurs qui font de l'agroécologie, qui utilisent des techniques comme la permaculture. On leur rend visite avant de les sélectionner pour qu'ils participent au "marché des paysans". On les connait donc très bien, ce sont des personnes engagées depuis très longtemps. Donc nous garantissons le côté agroécologie et permaculture. »

Comme en Europe, les produits bios sont plus chers et le marché des paysans encore réservé à une élite. « Malheureusement nous n'arrivons pas encore à toucher la classe en dessous de la classe moyenne, parce que quand vous faites du naturel, les prix de revient sont plus élevés que pour le conventionnel, donc le marché des paysans touche finalement la classe moyenne et supérieure, la diaspora réinstallée au pays ou encore les expatriés. »

Pour se développer, les filières bio ont donc besoin de débouchés à l'étranger. Depuis 2011 Daniel Komlan, dirige Agrokom, une entreprise de trituration de soja. La totalité de ses 2 500 tonnes de graines et de tourteaux est exporté vers la France et l'Italie. « Le marché togolais est un peu restreint, il n'y a vraiment pas de clientèle, donc je me suis demandé où je pouvais trouver des débouchés. Et je suis allé vers la production bio. Parce que si l'on prend le soja conventionnel, le Togo n'est pas compétitif. Si l'on veut être compétitif et vendre à l'extérieur, il faut aller vers le biologique. »

L'Union européenne et la coopération allemande soutiennent la filière bio. L’Europe a choisi d'aider les transformateurs dans la filière ananas. Isaac Nyuito chargé de programme à la délégation européenne au Togo. « Si nous appuyons les acteurs de la transformation, alors cela va agir sur toute la chaine de valeur. Donc nous appuyons les transformateurs dans la démarche qualité, mais également pour obtenir les équipements nécessaires pour pouvoir répondre aux besoins du marché. »

Ananas, mangues, soja, la filière bio occupe 37 000 producteurs au Togo.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.