Accéder au contenu principal
Reportage culture

«Hyper», premier album intime et dansant d’Hervé

Audio 02:49
Hervé remet des pièces dans le jukebox de La Maroquinerie, à Paris, où il se produira en septembre.
Hervé remet des pièces dans le jukebox de La Maroquinerie, à Paris, où il se produira en septembre. RFI/Sébastien Jédor

Enfant, il se rêvait footballeur, mais l'amour de la musique a pris le dessus. Le chanteur et producteur Hervé sort son premier album, Hyper, sur le label Initial qui a lancé Angèle ou Clara Luciani. Des textes percutants et des musiques qui donnent une furieuse envie de danser.

Publicité

Le cheveu ras, tête de dur et regard tendre : sur la pochette de l'album Hyper, Hervé, 29 ans, dévoile un côté animal et fragile à la fois. Une dualité qu'on retrouve dans ses textes, de Trésor à Cœur poids plume. « J'ai beaucoup parcouru les méandres de mon être pendant ce disque, c'est assez physique », s'exclame-t-il en riant. « Dans ces introspections-là, ces voyages-là, j'ai un peu découvert ma force sensible. Du coup c'est ça : j'ai ces deux vies en moi », ajoute-t-il. 

Breton exilé en région parisienne, Hervé a longtemps enchaîné petits boulots le jour et virées en boîtes de nuit. En tournée avec son premier groupe, Postaal, il découvre les rythmes New Wave de Manchester, en Angleterre. Une influence qu'Hervé conjugue à celle d'Alain Bashung, d'Étienne Daho ou aux punchlines du rap. « Je me suis accordé très tard la possibilité de chanter. Moi, la musique électronique que j'écoutais, c'était surtout de la musique instrumentale. La chanson française, le texte, le rap français, c'est venu vraiment à point nommé. C'est les deux amours de ma vie » soutient-il.

« Frôler l'impudeur et la sincérité »

Producteur, parolier, compositeur, Hervé nous ouvre les portes d'un univers intime et dansant. Pour Hervé, « on frôle toujours avec l'impudeur, comme on frôle toujours avec la sincérité », dit-il. Puis d'ajouter : « C'est ça qui est intéressant, je trouve, avec le processus d'écrire des chanson : il y a des choses de l'ordre du fantasme, des choses parfois vécues, du passé, du présent. Moi j'aime l'idée qu'on ne puisse pas distinguer l'un de l'autre. »

Apparemment, le public se retrouve dans les introspections d'Hervé : le premier concert, à la rentrée, est déjà complet.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.