Accéder au contenu principal
Santé

L'excision, une pratique rituelle mutilante et dangereuse pour la santé des femmes

Excision,
Excision,

Bien qu'internationalement condamnée par les organismes tels que ONU, OMS et l’Unicef et considérée comme une violation des droits des jeunes filles et des femmes, l'excision -ou ablation des parties génitales extérieures de la femme (MGF) - coûte la vie à beaucoup de petites filles qui décèdent de complications graves. Cette pratique rituelle est exercée essentiellement en Afrique saharienne et subsaharienne (28 pays) ainsi que dans certains pays du Moyen-Orient et dans quelques groupes ethniques de l’Inde et du Sri Lanka. Elle est interdite par la loi, en France et poursuivie comme "crime grave".

Publicité

Beaucoup de petites filles décèdent des suites du choc subi lors de la mutilation de leurs parties génitales, de la douleur insoutenable ou d'une hémorragie.

Les femmes adultes ne sont pas épargnées : graves hémorragies à répétition, kystes, infections urinaires et dysfonctionnements rénaux, stérilité, complications lors de l'accouchement, et risque accrû de décès du nouveau-né ... L'Organisation mondiale pour la Santé estime qu'environ 140 millions de jeunes filles et de femmes dans le monde souffrent actuellement de séquelles graves.

  • La clitoridectomie: ablation partielle ou totale du clitoris (petite partie sensible et érectile des organes génitaux féminins) et, plus rarement, seulement du prépuce (repli de peau qui entoure le clitoris).
  • Excision: ablation partielle ou totale du clitoris et des petites lèvres, avec ou sans excision des grandes lèvres (qui entourent le vagin).
  • Infibulation: rétrécissement de l'orifice vaginal par la création d'une fermeture, réalisée en coupant et en repositionnant les lèvres intérieures, et parfois extérieures, avec ou sans ablation du clitoris.
  • Autres: toutes les autres interventions néfastes au niveau des organes génitaux féminins à des fins non médicales, par exemple, piquer, percer, inciser, racler et cautériser les organes génitaux.

Ce rite millénaire dans les régions où il est pratiqué, représente encore dans certaines communautés une cérémonie importante à valeur de rite de passage à l'âge adulte mais les fillettes qui vont le subir sont tenues à l'écart de ce qui les attend.

Pour en savoir plus :

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.