Accéder au contenu principal
Internet

Google, l'espion qui en savait trop

Une voiture "street view" de Google à Londres en 2008, dont la caméra fournit une vue panoramique des rues en 3D.
Une voiture "street view" de Google à Londres en 2008, dont la caméra fournit une vue panoramique des rues en 3D. Harold Cunningham/Getty Images

« Google is watching you ». Autrement dit, Google vous observe. Le géant américain de l'informatique a collecté des milliers de mails ou de mots de passe personnels via son service Street View, cet outil qui permet de se balader dans les rues d'une ville sur internet. Déjà condamné pour ces mêmes faits, le groupe californien vient d'indiquer aux autorités européennes de protection des données qu'il n'avait pas effacé toutes les informations personnelles collectées. En France, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) « demande à examiner ces données conservées par Google ».

Publicité

En 2009 et 2010, des contrôles sont opérés sur les automobiles de Google dédiées à son service Street View. Les contrôleurs découvrent alors que la société américaine collecte des données sur les réseaux wi-fi environnants.

Des milliers de courriels, d'identifiants et de mots de passe sont enregistrés à l'insu des personnes concernés. Google reconnaît les faits mais assure que ces données étaient collectées par erreur.

Mais la sanction tombe. Google est condamné et doit payer une amende de 100 000 euros en France. En juin 2011, le moteur de recherche promet alors de détruire ces données récupérées illégalement.

Sauf qu'il y a quelques jours, le géant de l'internet prévient que certaines données traînent encore sur ses serveurs. Explication avancée par Google : c'est une « erreur » humaine, un oubli.

Une nouvelle enquête de la Cnil est probable. Déjà en juin dernier, le Royaume-Uni avait décidé de relancer l’enquête. Un autre rapport, américain cette fois, est également gênant pour Google.

Ce rapport confirme que le programme informatique intégré aux véhicules était bel et bien conçu pour collecter ces données personnelles. La thèse de l'erreur humaine est de plus en plus mise à mal.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.