Accéder au contenu principal
Santé

Un court-circuit à l'origine de l'arrêt du premier coeur autonome?

Le coeur artificiel développé par l'équipe du Pr Alain Carpentier sur le banc d'essai.
Le coeur artificiel développé par l'équipe du Pr Alain Carpentier sur le banc d'essai. Carmat

L'inventeur du coeur artificiel, le professeur Carpentier de l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, révèle dans le Journal du Dimanche que c'est un court-circuit qui serait à l'origine de l'arrêt du premier coeur artificiel implanté. Après deux mois et demi d'autonomie, l'appareil greffé dans la poitrine de cet ouvrier de 76 ans s'est arrêté, ce qui a provoqué une crise cardiaque comme en connaît un coeur naturel. Les ingénieurs de la société Carmat, réfutent, eux, la thèse du court-circuit et poursuivent leurs analyses avant une prochaine implantation tentée «probablement dans quelques semaines».

Publicité

« Un vêtement usé ! Vous le réparez d'un côté, il lâche de l'autre ! ». Ce sont les mots du professeur Carpentier, celui qui a greffé et aussi inventé le premier coeur autonome du monde ! Une comparaison quelque peu audacieuse mais utile pour expliquer les limites du corps humain, mais aussi de la science et la compilation de problèmes rencontrés en cours de route. Parce que ce n'est pas l'appareil qui a flanché le premier, ce sont les organes tout autour. Le malade a fait un ulcère de stress à l'estomac, il a aussi connu des épisodes de saignements, des problèmes de poumons avec de grandes difficultés pour respirer convenablement.

Analyses approfondies avant une nouvelle greffe

Et c'est l'un des enseignements les plus précieux que cette première mondiale aura apporté. Dorénavant, et quand l'examen de chaque connexion, de chaque circuit de la prothèse aura donné plus de détails sur les failles électroniques, les malades auront droit à une prise en charge plus globale. Exercices de respirations, examens réguliers du foie, de l'intestin, des poumons, du cerveau. Pour le moment, les greffes prévues sur les 4 autres candidats français sont suspendues. La société Carmat a cependant fait savoir qu'une prochaine implantation serait tentée «probablement dans quelques semaines ». Sur le modèle d'un examen de boîte noire d'avion, les ingénieurs de la société Carmat sont en train d'examiner les données enregistrées sur chaque sécurité. Mais le principe même et innovant de la machine reste valable, assurent les médecins, puisque l'autopsie n'a montré aucun caillot, ni rejet de sang.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.