Accéder au contenu principal
France / Pollution

France: des perturbateurs endocriniens dans les eaux de surface

Les perturbateurs endocriniens se nichent dans les pesticides et de nombreux autres produits.
Les perturbateurs endocriniens se nichent dans les pesticides et de nombreux autres produits. DR

L’association Générations futures fait paraître, mardi 16 avril, un nouveau rapport qui dénonce la présence massive de perturbateurs endocriniens provenant des pesticides dans les eaux de surface, cours d’eau, mer, lac, ruissellement. Rappelons que les perturbateurs endocriniens sont des substances qui agissent sur le système hormonal avec des effets néfastes sur la santé de l’individu et de sa descendance. Pour son rapport, Générations futures s’est appuyée sur des données officielles de 2015, concernant la France métropolitaine, la Martinique et la Réunion.

Publicité

232 substances actives de pesticides ou de perturbateurs endocriniens suspectés ont été trouvés au moins une fois dans un département français. Par département, au moins 41 perturbateurs endocriniens potentiels ont été découverts en moyenne, avec de grandes disparités : de 4 en Corse-du-Sud à 90 dans le Calvados.

Le trio de tête des substances les plus fréquentes est dans l’ordre : le glyphosate, présent dans les eaux de surface de 37 départements, allant de 0 en Corse-du-Sud à 100% à Paris ; l’atrazine-déséthyl, dans 30 départements - rappelons d’ailleurs que l’atrazine transforme les grenouilles mâles en femelles - et enfin, le métolachlore dans 15 départements.

Générations futures souligne qu’il est difficile d’analyser les causes de la disparité entre départements en raison du manque de données précises et régulières. Ce rapport signe l’échec de la stratégie nationale mise en place en 2014 par le gouvernement, et Générations futures demande une véritable stratégie qui interdirait l’utilisation des perturbateurs endocriniens dans les pesticides.

À écouter aussi : Les effets des perturbateurs endocriniens sur la santé (Le conseil santé)

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.