Accéder au contenu principal
Océans / Pollution

Les conteneurs perdus en mer, véritables dangers pour l'homme et l'environnement

Téléviseurs à écran plat et débris échoués sur la plage de Terschelling aux Pays-Bas, le 2 janvier 2019, après la perte en mer par un navire de quelque 270 conteneurs.
Téléviseurs à écran plat et débris échoués sur la plage de Terschelling aux Pays-Bas, le 2 janvier 2019, après la perte en mer par un navire de quelque 270 conteneurs. Erik Scheer via REUTERS

Chaque année, plusieurs centaines de conteneurs tombent en mer. Ces gigantesques caisses déversent alors leur cargaison dans les eaux et sur les plages avec tous les dangers que cela comporte pour les êtres humains autant que pour les écosystèmes.

Publicité

C'est une enquête de France Télévisions qui fait resurgir le sujet. Le problème est important, mais il est impossible de le chiffrer. Certains organismes évoquent 1 000 conteneurs tombés par an, d'autres tablent plutôt sur les 1 500. L'association Robin des Bois estime, elle, que 100 000 conteneurs sont perdus en mer chaque année. Mais il est impossible de connaître le chiffre précis, explique le fondateur Jacky Bonnemains.

« Quand le conteneur est perdu en haute mer, il n’y a pas d’obligation de déclaration. C’est seulement quand les pertes de conteneurs se font près des côtes et qu’il y a un risque imminent que ces conteneurs s’échouent sur les plages que les commandants des navires sont amenés à déclarer leurs pertes. »

Pour remédier au problème, les associations et les Armateurs de France recommandent de rendre obligatoire le signalement de toute perte. Mais, d'après Jacky Bonnemains, il faut aller plus loin.

« La seule solution serait de disposer des balises de géolocalisations sur chacun des conteneurs et ça permettrait d’avoir un chiffre extrêmement précis. »

Une nécessité pour cet activiste. Car si les produits présents dans les conteneurs sont variés, ils ont souvent en commun d’être dangereux pour les écosystèmes.

« Quand un conteneur tombe à la mer et transporte par exemple 100 000 élastiques ou 100 000 petits bijoux en plastique, c’est autant de leurres alimentaires pour les oiseaux, pour les poissons. »

Cette année encore, un porte-conteneurs a déversé plus de 300 caisses au large des côtes néerlandaises.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.