Accéder au contenu principal
Climat

Climat: le coût de l’inaction se chiffre en milliards de dollars

Une manifestation d'activistes sur le changement climatique à Frankfort (Allemagne), lors du salon international de l'automobile, le 15 septembre 2019.
Une manifestation d'activistes sur le changement climatique à Frankfort (Allemagne), lors du salon international de l'automobile, le 15 septembre 2019. REUTERS/Wolfgang Rattay

Ne pas agir pour sauver le climat, cela a un coût, et c'est justement le titre d'un rapport publié aujourd'hui 19 septembre par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge, en amont du Sommet spécial de l'ONU sur le climat qui aura lieu à New York le 23 septembre.

Publicité

Si rien n’est fait, ni pour contenir le réchauffement ni pour financer l'adaptation, d'ici à 2030, il faudra au moins 20 milliards de dollars par an pour financer l'aide humanitaire destinée aux personnes touchées par les conséquences du changement climatique.

Tempêtes, cyclones, canicules, sécheresses, incendies ou encore inondations. Le réchauffement climatique à des conséquences désastreuses et surtout pour les populations vulnérables. Le nombre de personnes touchées pourrait augmenter de façon vertigineuse d'ici à 2050 si rien n’est fait. Aujourd'hui, 108 millions de personnes ont besoin de l'assistance du système humanitaire internationale. Dans une trentaine d'années, 200 millions de personnes pourraient avoir besoin de cette aide humanitaire.

Mais il est encore possible d'agir. C'est là l'un des principaux enseignements du rapport : il faut investir dans les mesures de l'adaptation au changement climatique, c'est-à-dire des bâtiments plus solides, des digues, des postes de pompage, entre autres, pour que le danger climatique ne se transforme pas en catastrophe. Il faut également améliorer les systèmes d'alerte et renforcer des interventions d'urgence.

Le rapport montre qu'à condition d'une réelle action déterminée, le nombre de personnes qui nécessitent une aide humanitaire internationale à cause de catastrophes climatiques pourraient être drastiquement réduit et tomber à 10 millions d'ici 2050, dans le scénario le plus optimiste.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.