Accéder au contenu principal
Cyclisme / Tour de France 2012

Bradley Wiggins affiche déjà ses ambitions

Bradley Wiggins prend le pouvoir à la Planche des Belles Filles, le 7 juillet 2012.
Bradley Wiggins prend le pouvoir à la Planche des Belles Filles, le 7 juillet 2012. REUTERS/Stephane Mahe

L'équipe Sky a profité de cette première journée de moyenne montagne pour afficher ses ambitions samedi 7 juillet. Le Britannique Bradley Wiggins s'est emparé du maillot jaune alors que son coéquipier, Christopher Froome, s'est offert l'étape qui arrivait à La Planche des Belles Filles, montée inédite dans ce Tour de France.

Publicité

De notre envoyé spécial sur le Tour de France,

Après une 6e étape complètement folle avec une chute incroyable qui a meurtri le peloton, un nouveau Tour a commencé entre Tomblaine et La Planche des Belles Filles samedi 7 juillet, celui du britannique Bradley Wiggins (Sky). Déjà vainqueur de Paris-Nice, du Tour de Romandie et du Critérium du Dauphiné, le Britannique s’est encore montré insatiable. Dans l’arrivée finale inédite de La Planche des Belles Filles, son équipe n’a laissé personne prendre les choses en main, en imprimant à tempo infernal.

Christopher Froome, vainqueur à La Planche des Belles Filles, le 7 juillet 2012.
Christopher Froome, vainqueur à La Planche des Belles Filles, le 7 juillet 2012. REUTERS/Stephane Mahe

En plus du maillot jaune, Sky s'est offert l'étape avec Christopher Froome, dernier étage de la fusée. Son premier succès sur la Grande Boucle. « Ce n'était pas prévu d'accrocher la victoire, mais lorsque j'ai placé mon attaque, Cadel Evans n'a pas réagi », a confié le coureur. « Je pense qu'il n'avait pas les jambes », a-t-il ajouté. Ce que l'Australien a confirmer. « Lui et son équipe était très fort ». Mais cette prise de pouvoir n’est-elle pas prématurée ?

« Ce n’est jamais trop tôt »

A deux jours du premier grand chrono de ce Tour 2012, Bradley Wiggins n’a pas du tout l’impression d’avoir pris le pouvoir trop tôt. « Ce n’est jamais trop tôt, c’est énorme pour moi et c’est un rêve de gosse », a déclaré le coureur dès l’arrivée. Il a jouté : « Les jours prochains seront gérables et j’ai beaucoup appris sur le Tour de France. C’était vraiment une belle journée et on va maintenant essayer de le défendre ».

Le premier coureur à faire les frais de ce rouleau compresseur est Fabian Cancellara qui perd sa place de leader. Le Suisse a été lâché dans la montée finale.  « J'ai donné mon maximum, mais Sky a roulé trop fort. Maintenant, j'ai besoin de repos ». Tout comme Jérôme Coppel (Saur-Sojasun), Robert Gesink, Andres Klöden (RadioShack), Levi Leipheimer (Omega-Pharma-Quick Step) ou encore Samuel Sanchez (Euskatel). Denis Menchov (Katusha) et Pierre Rolland (Europcar) qui ont aussi craqué en fin d'étape.

Dès le début de la journée, Cyril Gautier (Europcar), Christophe Riblon (AG2R-La Mondiale), Luis Leon Sanchez (Rabobank), Chris Anker Sorensen (Saxo Bank), Dimitriy Fofonov (Astana), Martin Velits (Omega Pharma-Quick Step) et Michael Albasini (Orica-GreenEDGE), s'étaient portés à l'avant. Aucun n'a résisté dans la dernière dificulté du jour.

Demain, entre Belfort et Porrentruy (Suisse), sur un parcours qui comptera pas moins de six cols, l’équipe Sky continuera certainement son travail de sape.

Le classement de l'étape et le général

tour de france 2012 : résultats, analyses et reportages

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.