Accéder au contenu principal
Cyclisme / Tour de France 2012

Vincenzo Nibali, le troisième homme

Vincenzo Nibali lors de l'étape entre Belfort et Porrentruy, le 8 juilllet 2012.
Vincenzo Nibali lors de l'étape entre Belfort et Porrentruy, le 8 juilllet 2012. REUTERS/Bogdan Cristel

En embuscade derrière l'armada Sky et l'équipe BMC de Cadel Evans, Vincenzo Nibali attend son heure. Après une semaine de course, l'Italien a visiblement la possibilité de jouer à partir de mercredi prochain les troubles-fête dans la haute montagne. En jouant notamment sur ses qualités de grimpeur et surtout de descendeur.

Publicité

De notre envoyé spécial sur le Tour de France,

Coincé entre une équipe Sky qui joue pour l’instant un rôle de rouleau compresseur et Cadel Evans qui souhaite défendre son titre avec l'équipe BMC, Vincenzo Nibali est en embuscade. Le coureur Italien a passé la première semaine sans encombre alors que d’autres leaders ont déjà perdu le Tour de France après les chutes de ces derniers jours. Il est actuellement troisième au classement général à seize secondes de Bradley Wiggins.

« Il y a beaucoup de possibilités pour Vincenzo Nibali »

Ivan Basso et Vicenzo Nibali, le 8 juillet 2012.
Ivan Basso et Vicenzo Nibali, le 8 juillet 2012. REUTERS/Stephane Mahe

Mais que pourra bien faire le Sicilien face à deux armadas qui ont largement les moyens de jouer la victoire ? Dans l’étape qui arrivait à La Planche des Belles Filles (Samedi 7 juillet), Vincenzo Nibali n’a rien tenté. Ce qui n’a pas étonné Stephen Roche, vainqueur de la Grande Boucle en 1987. « En attaquant dans le final de l’étape, il aurait peut-être pris une poignée de secondes. Ce n’est pas avec cela qu’il aurait gagné le Tour. Vous savez, c’était la première montée et dans le Tour, les coureurs sont souvent justes dans la première vraie difficulté. Mais vu ses performances en chrono, il va devoir passer à l’action rapidement », pointe l’ancien coureur irlandais. Effectivement, Nibali a l’intention de ne pas perdre trop de temps entre Arc-et-Senans et Besançon. Pas plus de 2’30” selon son entraîneur. Sinon ce serait une première déception.

Luc Leblanc, ancien champion du monde, qui a connu son jour de gloire en Sicile, terre de naissance de Nibali, analyse : « Il y a beaucoup de possibilités pour Vincenzo Nibali qui peut profiter du marquage entre Sky et BMC. Mais attention, chaque jour qui passe est un jour de perdu. Il ne doit pas être trop attentiste ». Effectivement, Vincenzo Nibali est un cycliste à l’ancienne qui, selon Philippe Brunel (spécialiste du cyclisme italien), pense que l’instinct est son meilleur allier. « Il sent la route, il est capable de profiter d’un fait de course important, comme par exemple une descente sous la pluie ou encore une journée sous la chaleur, pour sortir une carte de son jeu », déclare le journaliste.

Voilà aussi pourquoi Eddy Mercks compte sur le Sicilien pour déstabiliser les deux grands favoris de cette édition. Mais pas sur n’importe quel terrain. « Il y aura plusieurs étapes longues où je pourrais passer à l’offensive. Je vais voir jour par jour. Mais pour l’instant c’est très difficile pour moi de répondre à cette question. C’est encore trop tôt mais j’ai l’ambition de monter sur le podium. Pour moi c’est hyper important de bien figurer dans ce Tour de France », admet Vincenzo Nibali.

Ce qu'explique bien son directeur sportif, Stefano Zanatta. « Vu le rythme imposé par l’équipe Sky, c’était difficile de faire un effort plus violent samedi. Mais les meilleurs coureurs sont là et Nibali en fait partie. C’est une bonne chose. Il fallait gérer cette journée qui arrivait à Porrentruy et le contre-la-montre de ce lundi. Ensuite, on va chercher à mettre en difficulté Wiggins et Evans ». Il ajoute : « Dans le tour, tous les moments sont bons pour faire un truc. Vincenzo Nibali a le même objectif que Evans : anéantir les vélléités de la Sky. D’ici à Paris, je crois que l’on va voir de belles choses entre les trois ».

Liquigas a déjà réussi son Tour de France

Vicenzo Nibali de l'équipe Liquigas a été épargné par une première semaine dangereuse.
Vicenzo Nibali de l'équipe Liquigas a été épargné par une première semaine dangereuse. REUTERS/Stephane Mahe

Après les trois victoires de Peter Sagan, l’équipe Liquigas a déjà réussi son Tour de France. Une situation qui laisse Vincenzo Nibali tranquille. Il n'a pas eu pour l'instant à prouver quoi que ce soit et les médias se sont focalisés sur le Slovaque. Une différence avec l'équipe Sky qui semble être en mesure d'avoir deux leaders. « Je pense que Christopher Froome peut déstabiliser l’équipe et qu’il peut y avoir des tensions en interne. Imaginons que Froome batte Wiggins dans le chrono, que va-t-il se passer ? Il faudra passer un coups de fil à la reine d’Angleterre pour savoir ce qu’il faut faire », ironise Stephen Roche.

En attendant, une chose est certaine : Vincenzo Nibali est très serein. Avant l'arrivée à Porrentruy dans la dernière descente de la journée, il s’est offert le luxe de tester ses adversaires. Christopher Froome n’est pas passé loin de la chute en voulant suivre le Sicilien. Comme Paolo Savoldelli, ancien cycliste et deux fois vainqueur du Giro, Nibali est capable de faire plier un concurrent avec ses talents de descendeur. Bradley Wiggins qui ne fait pas partie des équilibristes du peloton est prévenu.

tour de france 2012 : résultats, analyses et reportages

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.