Accéder au contenu principal
Cyclisme / Tour de France 2012

Christopher Froome, le mystère Sky

Christopher Froome lors de la 13e étape entre Saint-Paul-Trois-Chateaux et le Cap d'Agde, le 14 juillet 2012.
Christopher Froome lors de la 13e étape entre Saint-Paul-Trois-Chateaux et le Cap d'Agde, le 14 juillet 2012. REUTERS/Stephane Mahe

A la veille des deux grandes étapes des Pyrénées, le Tour de France semble bel et bien plié. Depuis le lundi 9 juillet, le Britannique Bradley Wiggins est installé en haut du classement. Pour l’instant, personne ne semble en mesure de lui contester ce Tour. Seul un certain Christopher Froome, son coéquipier, pourrait jouer les trouble-fête.

Publicité

De notre envoyé spécial sur le Tour de France,

Si l'on attendait un duel entre Bradley Wiggins et Cadel Evans, cette édition 2012 nous aura finalement révélé une sacrée surprise : Christopher Froome, 27 ans, pour l’instant pointé à 2’05” de sa majesté « Wiggo ». Une situation inattendue qui a eu le mérite de donner un peu de piquant dans un Tour où il faut l’avouer, l’ennui a été pour l’instant le principal maître-mot.

Bien installé dans son carrosse, Bradley Wiggins (en jaune depuis 9 jours) n’a pas eu pour le moment de concurrent à sa hauteur. Un peu comme lors du dernier Critérium du Dauphiné qu'il a dominé aussi. A la veille des deux grandes étapes pyrénéennes qui devraient asseoir définitivement le Britannique sur le trône du Tour 2012, une question taraude le suiveur : et si Christopher Froome commettait le crime de lèse-majesté en détrônant « Wiggo » ?

« Tout le monde s’interroge sur moi »

Christopher Froome, vainqueur à La Planche des Belles Filles, le 7 juillet 2012.
Christopher Froome, vainqueur à La Planche des Belles Filles, le 7 juillet 2012. REUTERS/Stephane Mahe

Christopher Froome, cet autre Britannique d’origine kényane, encore méconnu du grand public, ne cesse de subjuguer depuis sa victoire à La Planche des Belles Filles, alors qu’il avait joué le « gregario » en faisant le tempo dans les derniers kilomètres. Même avec ce travail harrassant d’équipier, Cadel Evans (2e de l’étape), n’a pas réussi à s’en défaire. « Tout le monde s’interroge sur moi, j’en suis conscient et je sais que je serai capable de gagner le Tour, mais pas chez Sky. Nous avons défini une stratégie et je la respecte », a confié Christopher Froome dans les colonnes du journal LEquipe.

Si la Planche des Belles Filles n’avait été qu’un épisode dans le Tour de Christopher Froome, les spécialistes auraient peut-être mis cela sur le compte d’une journée où la chance et la grâce sont vos meilleures alliées. Mais, le coureur ne s‘est pas arrêté là. Lors du premier grand contre-la-montre à Besançon (lundi 9 juillet), il est venu titiller son « boss » en se classant deuxième à 35 secondes. Mieux que Cadel Evans (à 1’43”) censé pourtant être meilleur dans la discipline. Et les Alpes ont confirmé tout le potentiel de Christopher Froome.

« Le problème, c'est d'être le premier »

Christopher Froome lors de l'étape qui arrivait à la Toussuire, le 12 juillet 2012.
Christopher Froome lors de l'étape qui arrivait à la Toussuire, le 12 juillet 2012. REUTERS/Stephane Mahe

Le Jeudi 12 juillet, il distance son leader dans la montée vers La Toussuire. Le rappel à l'ordre sonnera immédiatement. Vive les oreillettes ! Il invoque de bonnes raisons : distancer Evans et Nibali au général et s’offrir la victoire d'étape. Le suiveur a dès lors constaté une pointe de frustration chez le coureur. « C'est difficile, on n'a pas souvent dans la vie l'opportunité de gagner un Tour de France », avait admis Christophe Froome. Pour couronner le tout, il faut ajouter qu’aucun Britannique n’a gagné le Tour jusqu’à présent. « Ce sera un moment historique, pour l'Angleterre, pour Sky. Le problème, effectivement, c'est d'être le premier », finit par avouer Christopher Froome.

Interrogé par RFI au lendemain de la victoire de Christopher Froome à La Planche Des Belles Filles, l’Irlandais Stephen Roche, vainqueur du Tour d’Italie en 1987 avait déclaré : « Je crois qu’il va y avoir des vices cachés et qu’un type comme Christopher Froome pourrait faire naître des dissensions internes au sein de l’équipe Sky. On pourrait assister à autre chose qu’une bataille entre Wiggins et Evans. Ca devrait être un vrai casse-tête pour l’équipe Sky. Si Wiggins a une défaillance, Froome sautera sur l’occasion. Je le connais, c’est un garçon très intelligent, un gentleman qui peut être un très bon équipier, mais aussi un très grand leader. »

Un peu visionnaire, Stephen Roche ne nous a pas dit si Bradley Wiggins flanchera dans les Pyrénées. Dans ce cas, Christopher Froome pourrait bien succéder au trône.

tour de france 2012 : résultats, analyses et reportages

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.