Accéder au contenu principal
Sports d’hiver

Jeux olympiques d’hiver : le bilan contrasté de Sotchi 2014

Le drapeau russe porté lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques d'hiver 2014 à Sotchi.
Le drapeau russe porté lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques d'hiver 2014 à Sotchi. REUTERS/Issei Kato

Les Jeux olympiques d’hiver 2014 se sont achevés ce 23 février à Sotchi sur un bilan sportif positif. L’organisation de ces JO, les plus coûteux de l’histoire, a été un succès. Mais la Russie n’a pas été épargnée par les polémiques d’ordre écologique, économique et politique.

Publicité

Le pari lancé en 2007 par la Russie et le Comité international olympique (CIO) a été globalement remporté par Sotchi. Les Jeux olympiques d’hiver 2014 se sont achevés ce 23 février sur de nombreuses louanges.

Le président du CIO, Thomas Bach, a ainsi qualifié ces JO de « super Jeux ». « Tout ce que j'ai entendu, c'étaient des commentaires positifs », a assuré l’Allemand lors d’une conférence de presse, avant la cérémonie de clôture.

Les athlètes semblent s’être montrés particulièrement satisfaits de l’accueil et du déroulement des épreuves. Et la menace d’attentats terroristes, qui hantait les autorités russes, n’aura pas vu le jour grâce à un dispositif sécuritaire comprenant plusieurs dizaines de milliers d’agents.

La Russie meilleure nation

Sur le terrain sportif, la Russie a également tiré son épingle du jeu, finissant en tête au classement des nations avec 33 médailles, dont 13 en or, soit deux nouveaux records pour le pays. Les Russes n’avaient plus été premiers des JO d’hiver depuis l’édition 1994.

Au classement final, ils devancent donc la Norvège (26 médailles dont 11 en or), le Canada (25 dont 10 dorées) et les Etats-Unis (28 breloques dont 9 titres). La France finit 10e avec 15 médailles dont 4 en or. Deux records à relativiser pour les Français puisqu’il y avait plus d’épreuves et donc plus de médailles à gagner durant ces JO 2014.

Organisation : quelques ratés malgré tout

Côté organisation, tout n’a pas été parfait pour autant, malgré les quelques 50 milliards de dollars investis pour accueillir les JO les plus chers de l’histoire. La faute, notamment, à un climat pas toujours favorable. Certaines épreuves ont été reportées à cause du brouillard, tandis que d’autres se sont déroulées sous une chaleur quasi-printanière (15 degrés et plus). Les autorités russes avaient toutefois gardé en réserve des dizaines de milliers de mètres cube de neige.

Le président russe Vladimir Poutine, grand artisan des JO d'hiver 2014 à Sotchi, se tient à droite du président du CIO, Thomas Bach.
Le président russe Vladimir Poutine, grand artisan des JO d'hiver 2014 à Sotchi, se tient à droite du président du CIO, Thomas Bach. REUTERS/Phil Noble

Sur les bords de pistes, l’ambiance n’a pas toujours été au rendez-vous, selon plusieurs observateurs avertis. Ces quelques couacs n’ont pas pour autant ému les organisateurs. « La Russie a su prouver à elle-même et au monde qu'elle avait rendu l'impossible possible », a ainsi estimé Dimitri Kozak. Le vice-Premier ministre russe faisait ainsi référence aux travaux colossaux effectués pour que la cité balnéaire de Sotchi accueille ces Jeux.

Des Jeux polémiques

Pas sûr pourtant que la Russie ressorte grandie de ces Jeux. Les polémiques sur la gestion de l’événement ont en effet été constantes.

Le budget astronomique a été pointé du doigt et les accusations de corruption ont été nombreuses. L’utilité future des infrastructures sportives a été remise en cause. Enfin, les associations écologistes ont dénoncé les dégâts causés par les travaux pharaoniques effectués.

Mais c’est sur le terrain politique que les critiques ont été les plus rudes. Les organisations de défense des droits de l'homme ont mis en avant les interpellations d'opposants au régime de Vladimir Poutine, le président russe. L’avis de l’organisation Amnesty International est en tout cas sans appel : « Le bilan des Jeux olympiques de Sotchi sera terni par les nombreuses violations des droits humains commises avant et pendant les Jeux et par le manque de détermination du Comité international olympique (CIO) à aborder avec les autorités russes la question des arrestations et des passages à tabac qui ont émaillé ce prestigieux événement sportif. »

Sotchi 2014 : la cérémonie de clôture en images

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.