Accéder au contenu principal
HANDBALL

Euro féminin: les Bleues en route vers les demi-finales

La joie des tricolores après la victoire face au Japon à Belgrade, le 15 décembre 2013.
La joie des tricolores après la victoire face au Japon à Belgrade, le 15 décembre 2013. AFP PHOTO / ANDREJ ISAKOVIC

Impressionnante mercredi face à Serbie, vice-championne du monde, étonnante encore vendredi contre le Monténégro, tenant du titre, l’équipe de France, toujours invaincue, s’apprête à disputer, dès dimanche, la deuxième phase de l’Euro féminin avec les demi-finales en ligne de mire. Et beaucoup d’ambition.

Publicité

Les débuts timides face à la modeste Slovaquie n’incitaient pas à un optimisme béant. Malgré le succès (21-18) des Bleues en ouverture de l’Euro féminin en Croatie, la prestation des joueuses d’Alain Portes n’augurait rien de bon avant d’affronter deux grosses cylindrées, la Serbie, vice-championne du monde, et le Monténégro, champion d’Europe et vice-champion olympique. En l’absence, également, de plusieurs cadres (Dancette, Darleux, Deroin), on ne donnait pas cher de la peau des Tricolores. Et pourtant…

Mercredi soir, après une première mi-temps extraordinaire, l’équipe de France, en limitant la Serbie à trois petits buts en trente minutes (11-3 à la pause), créait la sensation de la compétition. Un succès majeur (27-16) et impressionnant. Ce n’était pas terminé. Deux jours plus tard, les coéquipières d’Allison Pineau remettent le couvert. Contre le Monténégro, elles confirment (24-20) sous la houlette de leur demi-centre, actrice majeur de ce troisième succès en autant de matchs avec huit buts. « Tout n’est pas encore parfait mais dans l’ensemble, c’est très positif, assure, satisfaite, Allison Pineau. Je suis fière de ce que nous avons réussi. On a tellement de combinaisons que les Monténégrines ne savaient pas vraiment ce que l’on allait faire. C’était un beau match et c’était plaisant de les voir s’enfoncer ».

L'équipe de France, meilleure défense de la compétition

Alors que le tour principal débute dimanche face à la Suède (puis l’Allemagne et les Pays-Bas mardi 16 et mercredi 17 décembre), les Bleues peuvent légitiment se mettre à rêver d’un sacre inattendu il y a encore quelques semaines. Seules en tête de sa poule avec quatre points (les points glanés au tour précédent face aux équipes qualifiées sont conservés), elles pourraient même se contenter d’une seule victoire pour rallier le dernier carré. « Ce sera très différent du premier tour où l’opposition était avant tout très physique, se méfie la pivot Nina Kanto qui compte sur la défense tricolore, la plus imperméable de la compétition, pour continuer leur sans-faute. A partir de dimanche, ce sera surtout technique et cela ira encore plus vite avec des équipes peut-être plus fortes collectivement. J’espère qu’on réussira à leur poser des problèmes avec notre défense ».

Après son élimination prometteuse en quart de finale du Mondial l’an passé, l’équipe de France paraît sur la bonne voie. « On ne nous attendait pas à l’époque et il y avait eu une certaine satisfaction d’être arrivées à ce niveau, reprend Nina Kanto. Une nouvelle histoire s’écrivait et l’équipe avait été rajeunie. L’idée, c’est de s’en servir. On a fait deux gros matchs et je sens qu’on a acquis de la maturité ». « Maintenant, il ne faut pas se prendre pour ce que l’on n’est pas, modère Allison Pineau. A chaque fois que l’on a eu une opportunité, on l’a ratée, notamment au Mondial. J’espère que l’on ne va pas se reprendre les pieds dans le tapis et que tout le monde a retenu la leçon. Il faut continuer à travailler, rester discipliné ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.