Accéder au contenu principal
FOOTBALL

Les irréductibles Bretons de Guingamp battent le PSG

Jérémy Pied célèbre son but face au PSG dimanche 14 décembre 2014 avec ses coéquipiers. La fin d'une folle semaine pour l'EAG.
Jérémy Pied célèbre son but face au PSG dimanche 14 décembre 2014 avec ses coéquipiers. La fin d'une folle semaine pour l'EAG. AFP PHOTO/ JEAN-FRANCOIS MONIER

Auteurs d'une semaine folle, les joueurs de l'En Avant Guingamp ont tour à tour réussi à se qualifier pour la première fois de leur histoire en seizièmes de finale de la Ligue Europa jeudi, avant de dominer ce dimanche le PSG (1-0) dans leur antre du Roudourou. Le Paris Saint-Germain était pourtant invaincu jusque-là en Ligue 1. Ces Bretons ne cessent d'étonner.

Publicité

Mais où s’arrêtera Guingamp ? Il y a tout juste trois ans et quelques mois, le petit club breton se baladait sur les pelouses de troisième division, en National, du côté de Rodez, Beauvais, Plabennec ou Luzenac. Deux montées consécutives et une Coupe de France plus tard, conquise en mai dernier face à Rennes (2-0), on retrouve jeudi 11 septembre les Bretons sur le terrain du mythique PAOK Salonique, tout sourire, en train de fêter une improbable qualification pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa grâce à leur succès 2-1 chez les leaders du championnat grec.

Depuis des lustres, l’En Avant Guingamp interroge. Comment cette petite ville d’à peine plus de sept mille âmes, à la gare et au stade champêtres, arrive à passionner la planète foot ? Comment ce club, qui a notamment formé Didier Drogba et Florent Malouda, parvient régulièrement à faire plier les puissants et à étoffer son palmarès (deux Coupes de France, en 2009 et 2014) au nez et à la barbe des voisins rennais ou nantais, aux moyens financiers nettement plus importants ? Le secret n’a toujours pas été percé et Guingamp ne cesse d’étonner.

L’avant-dernier budget du championnat

De retour en Ligue 1 depuis l’été 2013, les joueurs de Jocelyn Gourvennec auraient pu sombrer. Bien au contraire. Avec l’avant-dernier budget du championnat (environ 25 millions d’euros), à des années-lumière du PSG et de son envieux portefeuille bien garni (490 millions), l’EAG surprend sans arrêt. Alors qu’un début de saison compliqué, ponctué par de nombreuses apparitions dans la zone de relégation, pouvait faire craindre le pire, Guingamp a retrouvé des ressources en Ligue Europa, alors que Lille et Saint-Etienne, les autres représentants français, sombraient. Placés dans un groupe compliqué, avec le PAOK, la Fiorentina et le Dinamo Minsk, les coéquipiers de Claudio Beauvue, impérial depuis plusieurs semaines, ont décroché une historique place au tour suivant, dans la foulée de deux succès consécutifs en Ligue 1 qui leur permettaient, déjà, de respirer.

Paris terrassé par le courage breton

La folle semaine de l’EAG aurait pu s’arrêter là. S’arrêter sur une défaite logique face à un PSG revanchard, désireux de se racheter après sa première défaite de la saison à Barcelone en Ligue des champions. Mais c’était sans compter sur ces irréductibles Bretons, épatants de courage malgré la fatigue, capables de profiter de l’apathie de la défense parisienne en début de match grâce à Jérémy Pied (à la 11e), puis de contenir les attaques brouillonnes adverses. Un exploit, un de plus, qui menace la place, déjà fragile, de Laurent Blanc sur le banc des champions de France. Un petit village des Côtes-d’Armor qui résiste et terrasse une capitale meurtrie, ça ne vous rappelle rien ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.