Accéder au contenu principal
Mondial 2018

Russie: la planète foot va enfin connaître les affiches du Mondial 2018

La Coupe du monde exposée à Moscou dans l'attente du tirage au sort de ce vendredi 1er décembre 2017. Derrière, les huit têtes de série de la compétition.
La Coupe du monde exposée à Moscou dans l'attente du tirage au sort de ce vendredi 1er décembre 2017. Derrière, les huit têtes de série de la compétition. REUTERS/Sergei Karpukhin

Huit groupes de quatre équipes. Le tirage au sort du premier tour de la 21e Coupe du monde de football, qui se déroulera en juin et juillet 2018 en Russie, est organisé ce vendredi 1er décembre au Kremlin, à Moscou. Qui affrontera qui parmi les 32 sélections nationales en lice ? Réponse cet après-midi.

Publicité

→ Le tirage au sort du Mondial 2018 de football est à suivre en direct sur l'antenne Afrique de RFI à partir de 15h10 TU. Emission spéciale de Radio Foot Internationale une heure plus tard sur l'antenne Monde

Face aux caméras du monde entier (sauf dans des pays comme l'Italie) : les « chapeaux », si mal nommés puisqu'il s'agit plutôt de vasques transparentes. Dans chacune d'elles, huit boules de couleur, pour huit sélections nationales.

Dans la première vasque, les huit têtes de série : la Russie, l'Allemagne, le Brésil, le Portugal, l'Argentine, la Belgique, la Pologne et la France, qu'une main innocente sortira une par une pour désigner les huit premières équipes des groupes, qui vont de A jusqu'à H.

Il conviendra ensuite de désigner leurs trois adversaires respectifs pour le premier tour, en piochant progressivement une boule alternativement dans les trois autres chapeaux jusqu'à constituer huit groupes de quatre pays.

Une certitude : deux équipes d'une même confédération ne pourront pas se retrouver dans le même groupe. Sauf pour l'Europe, où le nombre des nations qualifiées (14) dépasse largement celui des groupes (8). Il ne pourra toutefois y avoir plus de deux nations européennes dans un même groupe.

Si la cérémonie se déroule sans retard, les huit groupes de la Coupe du monde 2018 devraient être affichés vers 16h50 heure française. Ensuite, ne restera plus qu'à patienter jusqu'au 14 juin prochain, date du match d'ouverture.

• Les cinq qualifiés africains les yeux rivés sur Moscou

Ce tirage au sort sera bien sûr très suivi dans de nombreux endroits du monde. Par exemple au Nigeria, au Maroc, en Tunisie, en Egypte et au Sénégal, les cinq qualifiés africains cette année. Le Nigeria et le Maroc se retrouvent dans le chapeau 4, mais le Sénégal, la Tunisie et l'Egypte ont les honneurs du chapeau 3.

Seule certitude : aucun groupe n'abritera deux équipes africaines. Tous ces pays ont déjà participé à l'évènement. Grand habitué, le Nigeria s'apprête à jouer son 6e Mondial, le troisième consécutif. C'est le doyen.

Le Sénégal est loin du compte, puisque c'est seulement la deuxième Coupe du monde des Lions de la Terranga, 16 ans après la première. Personne n'a oublié ce Mondial 2002 qui avait vu les coéquipiers d'El Hadji Diouf aller jusqu'en 1/4 de finale près avoir sorti la France au premier tour.

Un 1/4 de finale, c'est mieux que le Nigeria, qui reste sur un troisième 1/8e de finale face aux Bleus lors de l'édition 2014. Mieux également que le Maroc, 1/8e de finaliste en 1986, mais qui n'avait plus été invité à la fête depuis 20 ans.

Quant à l'Egypte, première nation africaine à participer à cette compétition en 1934, elle n'avait plus vu une Coupe du monde depuis 28 ans, soit le Mondial italien de 1990. L'équipe a sept CAN dans la vitrine, mais n'a jamais franchi le 1er tour en Coupe du monde. Tout comme la Tunisie, malgré cinq participations.

• Les préférences de la France, de nouveau tête de série

Dans le chapeau 4, l'Arabie saoudite sera particulièrement convoitée, car elle inspire moins la méfiance que le Maroc d'Hervé Renard ou que le Nigeria de Gernot Rohr. Mais sur les huit équipes du chapeau 3, il y aura aussi un adversaire des Bleus. L'Egypte ? La Tunisie ? Le Sénégal à nouveau, pour la revanche ?

Au Kremlin seront présents ce vendredi presque tous les sélectionneurs des équipes participantes (sauf pour l'Uruguay et l'Australie), y compris celui de l'équipe de France, Didier Deschamps. Et ce dernier sait déjà qui il ne veut pas croiser au premier tour.

Une équipe en particulier fait en effet figure d'épouvantail dans ce tirage : « S'il y en a une à éviter, c'est bien l'Espagne, oui, puisqu'elle est dans le deuxième chapeau », confiait « DD » il y a deux semaines, alors que sa sélection, grâce à sa remontée au classement Fifa, a pu accéder au statut protégé de tête de série.

La France est donc au chaud avec les meilleurs. Les Bleus sont donc assurés d'éviter l'Allemagne, championne du monde en titre, ou encore le Brésil, qui a nettement dominé les éliminatoires dans la zone Amérique du Sud.

L'Espagne est la seule grosse pointure du chapeau 2, et chacun souhaite la voir dans un autre groupe. Chaque sélectionneur préfèrerait sans doute tirer le Pérou par exemple, nation qualifiée pour la première fois depuis 1970 au détriment des champions sud-américains, le Chili, et des barragistes de la Nouvelle-Zélande.

→ À relire : Les 32 équipes qualifiées pour le Mondial 2018 à la loupe


■ Tirage au sort du Mondial : l'avis de Laurent Blanc

Parmi les légendes du football international qui participeront au tirage au sort : Laurent Blanc, qui espère que l'équipe de France sera épargnée. Des Bleus qui, selon lui, peuvent faire une très belle Coupe du monde.

L'équipe de France a un potentiel énorme. Peut-être qu'il manque encore un peu d'expérience, un peu de maturité, mais c'est normal, puisqu'on a des jeunes joueurs. C'est vrai qu'il y a des équipes, de par leurs résultats, de par leur expérience, de par leur histoire, qui sont des favoris en puissance pour cette Coupe du monde, mais je pense que l'équipe de France n'est pas loin.

Laurent Blanc évoque le potentiel des Bleus

Le champion du monde 1998, ancien sélectionneur des Bleus lors de l'Euro 2012 (quarts de finaliste), donne ses favoris pour cette Coupe du monde 2018 en Russie. La Belgique fait partie selon lui des « outsiders » à surveiller.

Le Brésil, l'Argentine, me paraissent des nations très fortes, sud-américaines. En Europe, je pense que l'Espagne et les Allemands (ils sont toujours là les Allemands), on peut compter aussi sur eux. Et je pense que les deux équipes européennes sur lesquelles on attend pas, peut-être, le statut de favori, c'est la Belgique et la France. Après, il y aura peut-être d'autres équipes qui feront de grandes choses.

Laurent Blanc parle des favoris du Mondial

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.