Accéder au contenu principal
Football / Justice

Football: les premières condamnations du Fifagate tombent

Un caméraman attendant à l'extérieur du siège de la Fifa, ce 20 octobre 2015 à Zurich.
Un caméraman attendant à l'extérieur du siège de la Fifa, ce 20 octobre 2015 à Zurich. AFP PHOTO / FABRICE COFFRINI

Les premières condamnations du Fifagate sont tombées ce vendredi 22 décembre. Ce scandale de corruption qui a bouleversé la puissante institution du football mondial avait été révélé en mai 2015. Après deux ans d'enquête, c'est donc un procès hors norme qui se termine.

Publicité

C'est un verdict partiel mais qui révèle l'ampleur de la corruption à la Fifa. Deux des trois accusés ont été déclarés coupables et risquent très gros, à commencer par l'ancien patron de la fédération brésilienne, José Maria Marin, 85 ans, coupable de six des sept chefs d'accusation contre lui, notamment de blanchiment d'argent. Même chose pour l'ancien président de la fédération paraguayenne et de la confédération sud-américaine Juan Angel Napout.

Les deux hommes vont probablement passer de longues années en prison. Chacun de ces chefs d'accusation peut occasionner une peine de 20 ans de réclusion. La justice prononcera la sentence dans les prochaines semaines. Quant au troisième accusé, l'ex-dirigeant de la fédération péruvienne Manuel Burga, il devra attendre son jugement mardi 26 décembre.

En tout cas, le procès a couronné la ténacité du FBI et des services fiscaux américains qui ont révélé un circuit de paiement de pots-de-vin colossal révélé en 2015, auquel une multitude d'intermédiaires a pris part.

Même si sa responsabilité n'a pas été démontrée, Sepp Blatter, l'ancien président de la Fifa a été contraint de démissionner. Son ex-adjoint Jérome Valcke est soupçonné, tout comme le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi.

Au total, la justice américaine a inculpé 42 responsables du football mondial. La plupart d'entre eux ont plaidé coupable et attendent leur sentence. D'autres ont réussi à éviter leur extradition aux Etats-Unis, comme l'ancien vice-président de la Fifa, Jack Warner.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.