Accéder au contenu principal
Tennis

Tennis/US Open: Serena Williams, la quête historique d’une super maman

Serena Williams le 6 septembre 2018 à l'US Open à New-York
Serena Williams le 6 septembre 2018 à l'US Open à New-York Reuters/Danielle Parhizkaran-USA TODAY SPORTS

Qualifiée pour la finale de l'US Open en surclassant la Lettonne Anastasija Sevastova, jeudi à New York, Serena Williams sera en quête d'un 24e trophée en Grand Chelem qui lui permettrait d'égaler le record absolu de Margaret Court. Un an après avoir donné naissance à sa fille Olympia, la cadette des sœurs Williams (36 ans) affrontera la Japonaise Naomi Osaka samedi.

Publicité

A une marche de l'exploit: à l'US Open un an seulement après sa maternité, Serena Williams est, à bientôt 37 ans, aux portes d'un 24e sacre majeur qui lui permettrait d'égaler le record absolu de titres en Grand Chelem. En demi-finales jeudi, sous le toit fermé du court Arthur-Ashe protégé de l'orage grondant au-dessus de New York, la cadette des soeurs Williams a surclassé la Lettonne Anastasija Sevastova (18e), pour la première fois dans le dernier carré en Grand Chelem, en à peine plus d'une heure (6-3, 6-0).

Pour le trophée, elle affrontera Naomi Osaka (19e), première Japonaise de l'histoire à atteindre une finale majeure, à vingt ans. Osaka a écarté une autre Américaine, Madison Keys (14e), finaliste sortante (6-2, 6-4).

« C'est vraiment incroyable. Il y a un an, je me battais littéralement pour ma vie à l'hôpital après avoir eu mon bébé », a rappelé Serena, qui avait connu de sérieuses complications après son accouchement en septembre dernier. « Tout a mal tourné », avait-elle résumé en janvier dans une interview au magazine Vogue, en s'exposant sur la couverture avec sa fille Olympia. Découverte de caillots de sang dans les poumons - alors qu'elle avait déjà fait une embolie pulmonaire en 2011 -, cicatrice de césarienne rouverte à cause de fortes quintes de toux, hématome à l'abdomen: la joueuse aux 23 couronnes en Grand Chelem avait été contrainte de rester alitée six semaines.

Des records à battre

« A chaque fois que j'entre sur ce court, je suis tellement reconnaissante d'avoir l'opportunité de pratiquer encore ce sport. Peu importe ce qui se passe en finale, j'ai le sentiment d'avoir déjà gagné », a poursuivi la star américaine, de rares trémolos dans la voix.

Une victoire samedi, six mois seulement après son retour sur le circuit, et Serena, 26e mondiale mais tête de série N.17, égalerait le record absolu de trophées en Grand Chelem détenu par Margaret Court. Elle rejoindrait par la même occasion le cercle fermé des mères devenues championnes. Court avait réussi cette prouesse en 1973, l'année suivant la naissance de son premier enfant, et celle de ses 31 ans, en s'offrant même un "petit Chelem" (Open d'Australie, Roland-Garros, US Open). La Belge Kim Clijsters l'avait, elle, réalisée en 2009 à Flushing Meadows, à 26 ans, dix-neuf mois après avoir mis au monde sa fille Jada.  

Déjà sextuple lauréate de la dernière levée du Grand Chelem de la saison (1999, 2002, 2008, 2012, 2013 et 2014), Serena s'emparera d'un autre record si elle s'impose samedi: celui du plus grand nombre de titres remportés à New York dans l'ère Open. Elle le partage pour l'heure avec sa compatriote Chris Evert.

(Avec AFP)

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.