Accéder au contenu principal
Pérou / Dakar 2019

Pérou: le rallye Dakar 2019 s'élance pour sa 41e édition

J-2 pour le Dakar. Lima, 4 janvier 2019.
J-2 pour le Dakar. Lima, 4 janvier 2019. REUTERS/Carlos Jasso

La 41e édition du mythique Dakar s'élance ce dimanche de Lima pour 10 étapes dans le désert du sud du Pérou. Le samedi 5 janvier 2019 a été consacré à la présentation des équipes, des pilotes et des machines à la population de la capitale péruvienne. RFI a rencontré quelques-uns des concurrents français pendant les révisions administratives et techniques.

Publicité

Avec notre correspondant à Lima,  Eric Samson

Après la défection de pays comme le Chili, l'Argentine et la Bolivie pour des raisons notamment de crise économique, le rallye a lieu intégralement au Pérou cette année, une première mondiale, avec 70% de sable et de dunes.

Avec l'arrivée de l'été, la chaleur est intense sur les pistes de la base aérienne Las Palmas à Lima, où les Mirage et Kfir ont laissé place aux motos, camions, buggies, camionnettes et autres engins des concurrents.

« Arriver au bout, ne pas s'affoler »

Avec ses 16 participations, Christian Lavieille fait partie de la liste des pilotes d'élite du Dakar. Il a déjà terminé 6e et 8e au général et a gagné la catégorie « Marathon » il y a deux ans.

Après avoir abandonné l'an dernier suite à un incident mécanique, il revient avec des ambitions intactes cette année : « Il y aura beaucoup de dunes, de franchissements. On sait qu'ici au Pérou, les dunes sont assez compliquées. »

Viticulteur à la retraite, Claude Fournier a décidé qu'à 67 ans, sa devise sera : « qui va lentement va sûrement ». Il est vainqueur de la catégorie «Rookie des débutants» en Afrique en 1991, champion du monde de rallye-raid en 2017...

Un palmarès impressionnant, qui ne lui fait pas perdre son sens de l'humour : « Il faut, plaisante-t-il, essayer d'arriver au bout, ne pas s'affoler, laisser passer les plus rapides devant, mais attendre qu'ils cassent ! »

Motivations diverses et variées

Tous les concurrents ne visent pas le podium. Gérard Tramoni, le « Doc Dakar », est engagé dans l'ONG L'enfant @ l'hôpital. Ce médecin anesthésiste sera en contact tous les jours avec des milliers d'enfants malades et fragilisés.

« Je ne vais pas jouer un chronomètre ! Mais ce Dakar est un bon exemple de vie pour ne jamais baisser les bras devant un obstacle, c'est ça le message que l'on donne à ces enfants », confie-t-il.

Quelles que soient leurs motivations, les concurrents du rallye Dakar 2019 partiront lundi matin pour la première étape de cette édition au Pérou. Elle les mènera jusqu'à la ville de Pisco.

→ À relire : Un Dakar exigeant et de plus en plus sud-américain

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.