Accéder au contenu principal
Cyclisme

Cyclisme: Egan Bernal, la jeunesse impatiente

Egan Bernal a été champion du contre-la-montre en Colombien en 2018.
Egan Bernal a été champion du contre-la-montre en Colombien en 2018. JOAQUIN SARMIENTO / AFP

La saison du cyclisme WorldTour commence mardi 15 janvier par le Tour Down Under en Australie. En Europe, les trois Grands Tours (Italie, France et Espagne) seront encore très disputés. Et le jeune Colombien Egan Bernal, 22 ans, envisage déjà de laisser son empreinte sur le Giro (11 mai-2 juin), où il conduira la formation Sky. En 2018, il a déjà séduit pas mal de spécialistes durant le Tour de France.

Publicité

Le cyclisme colombien, qui est revenu en force ces dernières années, a d’un côté un Nairo Quintana qui poursuit toujours son rêve de victoire sur le Tour de France. De l’autre, il dispose d'un jeune coureur de 22 ans qui va faire ses armes de leader sur le prochain Tour d’Italie.

« Le Tour d'Italie est une course que j'aime vraiment »

Vainqueur à seulement 20 ans du Tour de France 1904, Henri Cornet détient le record de précocité.  Aujourd’hui, avec la concurrence et le faible écart entre les meilleurs coureurs mondiaux, s’imposer si jeune au terme de trois semaines de course apparaît comme un sacré challenge. Mais, visiblement, le Colombien Egan Bernal semble en avoir les moyens. Son talent en montagne et son mental de conquérant devraient donner du fil à retordre à la concurrence. « Le Tour d’Italie est une course que j'aime vraiment, vraiment beaucoup. J'ai vécu deux ans en Italie, j'ai beaucoup d'amis là-bas. J'aime beaucoup les Italiens, les fans, je connais les routes », a-t-il expliqué.

En 2018, le Colombien avait remporté en début de saison la Colombia Oro y Paz (devant ses compatriotes Nairo Quintana et Rigoberto Uran) et le Tour de Californie. Sur le Tour de France, il s'était classé 15e au général en étant un des lieutenants du vainqueur Geraint Thomas.

« C’est quelqu’un qui a une classe incroyable, on a rarement vu ça. Le temps nous dira ce qu’il en est. Mais il a des moyens extraordinaires », avait commenté Vincent Lavenu, manager général de la formation AG2R La Mondiale. Il faut dire qu’en dehors de la montagne, Egan Bernal est aussi un sacré rouleur. En atteste son titre de champion du contre-la-montre en Colombie et sa victoire lors d’un chrono au dernier Tour de Romandie.

Alberto Contador : « Il fera des grandes choses  »

Le talent d’Egan Bernal, qui a débuté par le VTT, a été décelé lors de sa victoire au Tour de l'Avenir en août 2017 où il s’était adjugé deux étapes. De quoi conforter la formation Sky qui avait choisi d’enrôler cette pépite du cyclisme mondial pour 2018.

« Ma responsabilité de manager (de l’équipe Sky), c'est de regarder deux ou trois saisons en avant, avait expliqué Dave Brailsford au Guardian. J'ai cherché, cherché, cherché qui allait peut-être devenir le prochain Chris Froome. Mon choix s'est porté sur Bernal ».

« Je pense que tous les qualificatifs que nous employons pour Bernal ne suffisent pas, avait dit Alberto Contador pour RFI pendant le Tour de France. Il fera des grandes choses et n'aura pas à attendre très longtemps pour revenir sur le Tour pour essayer de le gagner ».

Auparavant, Egan Bernal avait passé deux années en Italie chez Androni Giocattoli-Sidermerc. « A l'époque, personne n'en voulait. Son agent l'avait proposé à deux équipes World Tour et deux formations Continentales. Ils ont tous refusé. Moi, je n'ai pas hésité et j'ai eu raison. Un Bernal, tu en as un tous les vingt ans. C'est un grand talent. Il terminera sur le podium d’un Grand Tour, c’est certain », avait déclaré Gianni Savio, manager de l’équipe italienne.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.