Accéder au contenu principal
Football

Mondial féminin: les Américaines, des gagneuses-nées

Jill Ellis, la sélectionneure américaine (au centre), après la victoire des Etats-Unis face à l'Angleterre à Lyon.
Jill Ellis, la sélectionneure américaine (au centre), après la victoire des Etats-Unis face à l'Angleterre à Lyon. REUTERS/Denis Balibouse

Les Américaines se sont qualifiées pour la cinquième finale de Coupe du monde de leur histoire face à l’Angleterre, à Lyon. Un résultat qu’elles doivent en grande partie à une mentalité tout entière tournée vers un unique but : gagner.

Publicité

De notre envoyé spécial à Lyon,

Dans le bus qui mène au « stade de Lyon » – comme on appelle le Groupama stadium en mode Fifa – pour assister à la demi-finale de la Coupe du monde féminine Etats-Unis – Angleterre, un homme vante la mentalité américaine : « J’ai de la famille là-bas. Tout petit, on leur inculque la culture de la gagne. »

Mardi soir, sur le terrain, face à l’une des meilleures équipes de la compétition, les Américaines ont joué un football sérieux techniquement et engagé physiquement. Mais par-dessus tout, c’est par leur mentalité qu’elles ont impressionné.

« Pas du football du dimanche »

Après une défaite logique bien qu’étriquée (2-1 pour les Etats-Unis), le sélectionneur anglais Philip Neville a eu une phrase, une seule, pour expliquer l’issue de la rencontre : « Les Américaines ont ce qu’il faut pour gagner au football. Elles ont une mentalité de vainqueurs. » Ceux qui pensaient que le football féminin s’était développé à la manière d’un aimable passe-temps outre-Atlantique en sont pour leurs frais.

Jill Ellis, la sélectionneure américaine n’a pas dit autre chose. En conférence de presse, l’argument a même tourné à l’obsession. « Il faut survivre dans notre environnement, il y a de la pression », a rappelé celle qui a déjà mené les Etats-Unis au titre suprême en 2015. Avant d’enfoncer le clou : « Nous pensons toujours que nous pouvons gagner et nous sommes ici pour une chose : gagner. Nous sommes en Coupe du monde, ce n’est pas du football du dimanche. »

Le discours de la technicienne américaine tourne en boucle, comme le tube de l’année dans un juke-box. Et quand on lui demande qui elle souhaiterait rencontrer, de la Suède ou des Pays-Bas, dimanche justement, en finale, elle appuie un peu plus son sourire et déclare sans hésitation : « Je me fiche de savoir contre qui nous jouerons. » Cela vous surprend ?

 

► Retrouvez le calendrier et les résultats de la Coupe du monde

 

 

Infographie CDM féminine 2019 chiffres généraux
Infographie CDM féminine 2019 chiffres généraux RFI

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.