Accéder au contenu principal
Tennis

Fed Cup: les Françaises scellent leur réunification avec le sacre

Les Françaises soulèvent et chérissent le trophée de la Fed Cup 2019 après leur victoire contre l'Australie, le 10 novembre 2019.
Les Françaises soulèvent et chérissent le trophée de la Fed Cup 2019 après leur victoire contre l'Australie, le 10 novembre 2019. Tony Ashby/AFP

L’équipe de France de tennis a remporté la troisième Fed Cup de son histoire dimanche 10 novembre en battant l’Australie chez elle à Perth (3-2). Les Françaises Caroline Garcia et Kristina Mladenovic ont apporté le point de la victoire en double. Après la fracture survenue en 2017, les Bleues, réconciliées, décrochent le Graal.

Publicité

La Fed Cup redevient française. Après le premier sacre en 1997 d’Alexandra Fusai, Mary Pierce, Nathalie Tauziat et Sandrine Testud, puis celui de 2003 avec Stéphanie Cohen, Emilie Loit, Amélie Mauresmo et Mary Pierce, voici venu le temps des championnes de 2019 : Caroline Garcia, Kristina Mladenovic, Pauline Parmentier, ainsi qu’Alizé Cornet et Fiona Ferro (qui ont joué en quarts de finale) ont remporté le titre à l’extérieur, sur dur, dans le RAC Arena de Perth contre l’Australie.

Garcia-Mladenovic, la paire réssuscitée et gagnante

Samedi, Kristina Mladenovic a apporté le premier point aux Françaises en battant Ajla Tomlanovic (6-1, 6-1), avant que l’Australienne et numéro un mondiale Ashleigh Barty n’égalise en expédiant Caroline Garcia (6-0, 6-0). Puis, ce dimanche 10 novembre, Kristina Mladenovic a permis à la France de mener 2-1 en dominant Ashleigh Barty (2-6, 6-4, 7-6 [1]). Mais Ajla Tomljanovic a ensuite dompté Pauline Parmentier (6-4, 7-5) et remis les deux équipes à 2-2.

Les spectateurs de Perth ont donc eu droit à un double décisif. Un dernier match pour déterminer si l’Australie allait à nouveau remporter la Fed Cup, 45 ans après son dernier sacre, ou si la France allait soulever le trophée pour la troisième fois et ainsi tordre le cou à ses trois derniers échecs (2004, 2005 et 2016).

La pièce est tombée du côté des Bleues. Bien que chez elles, les Australiennes Ashleigh Barty et Samantha Stosur n’ont rien pu faire contre la paire Caroline Garcia-Kristina Mladenovic (6-4, 6-3). Comme un symbole, ce sont ces deux tenniswomen qui ont donné à la France le point de la victoire. Cette équipe revient de très loin.

Dix mois de guérison jusqu'à la victoire

Fin 2016, les Françaises s’inclinaient en finale de la Fed Cup chez elles face à la République tchèque (3-2). Dans les mois qui suivent, de profondes tensions éclatent entre la numéro un française, Caroline Garcia, et ses coéquipières. La première, privilégiant sa carrière individuelle, refuse la sélection en équipe de France en prétextant une blesse. Kristina Mladenovic, son habituelle acolyte en double, et les autres Bleues sont courroucées, n’y croient guère et le font savoir.

L’équipe de France de Fed Cup est alors en morceaux. On se toise, on s’envoie des piques à mots couverts, et personne n’en sort grandi. Et puis, en début d’année, Julien Benneteau, récent retraité, succède à Yannick Noah en tant que capitaine, avec un objectif : tout remettre à plat, apaiser les discordes et reconstruire cette équipe de France avec les meilleures joueuses.

Le courant passe à nouveau, les mots soignent les maux, les excuses sont lâchées, Caroline Garcia revient en équipe de France…. et dix mois plus tard, elle et Kristina Mladenovic, en larmes et enlacées, savourent la Fed Cup 2019 avec leurs coéquipières et leur capitaine.

« Une magnifique histoire »

Emmanuel Macron, le président de la République, a félicité les championnes : « Bravo à toute l’équipe et à votre entraîneur pour ce titre mondial. Combatives et déterminées, vous avez été exceptionnelles. » « Réussir à faire ça avec Caro, c’était écrit, c’était le destin. C’est juste incroyable que ça se passe de telle manière, au bout du suspense. C’est juste une magnifique histoire », a confié Kristina Mladenovic.

Caroline Garcia, elle, a déclaré : « Il s’est passé beaucoup de choses. On était vraiment là pour aller chercher notre rêves toutes ensemble. On a réussi à mettre trous nos différents et nos égos de côté pour faire face. (…) Julien a trouvé les mots justes. (…) Il fallait du temps. » Après la pluie, le beau temps ; après le marasme, la victoire.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.