Accéder au contenu principal
Portrait

Tokyo 2020: Benjamin Auffret ou le rêve du plongeon en or

Benjamin Auffret lors des championnats d'Europe en 2018.
Benjamin Auffret lors des championnats d'Europe en 2018. NEIL HANNA / AFP

Les prochains Jeux olympiques de Tokyo 2020 arrivent à grands pas. Benjamin Auffret qui avait terminé au pied du podium à Rio en 2016 est bien déterminé à éviter cette fois la « médaille en chocolat » au Japon, l’été prochain.

Publicité

Dans des disciplines olympiques où l’argent manque cruellement, comme pour beaucoup d’athlètes, la passion l’emporte sur tout le reste. Benjamin Auffret, meilleur spécialiste du plongeon français, ne déroge pas à la règle. Chaque jour, il se lève avec une seule idée en tête, obtenir l'or olympique à Tokyo en 2020.

L’ancien gymnaste a terminé au pied du podium lors des JO de Rio en 2016 au Brésil. Depuis, cet acrobate est bien déterminé à prendre sa revanche au Japon. Alors, chaque matin, il se lève avec, dans la tête, ce but ultime. Du haut de sa plateforme, à dix mètres du bassin, le garçon n’aspire qu’à cette médaille d’or, une performance qui pourrait être historique pour la France. Benjamin Auffret est loin d’avoir la peur du vide. Il faut pourtant une bonne dose de courage pur s’élancer de si haut et arriver à plus de 60 km/h dans l’eau.

De la gymnastique au plongeon

« On m’a poussé dès le début pour que je m’accroche à cette discipline après la gymnastique. Je me suis senti bien et j’étais heureux d’apprendre de nouvelles choses », s’enthousiasme le jeune homme au petit gabarit et qui ne veut plus de « médaille en chocolat ». Benjamin Auffret faisait des blessures à répétition dues à une poussée de croissance et n’a pas pu continuer sa carrière de gymnaste. Il avait le choix entre arrêter le haut-niveau ou tenter l’aventure du plongeon. Une discipline méconnue du grand public.

Pour prétendre au Graal à Tokyo, une des choses essentielles est de ne pas faire d’éclaboussures au moment où le corps entre dans l’eau. « Ça compte énormément,  car c’est la dernière impression que le juge garde en tête », affirme cet athlète de 24 ans au caractère bien trempé. Pour le reste, il faut présenter des plongeons (six au total) avec un seul passage pour chaque sens de rotations obligatoires. Les critères esthétiques, par exemple les pointes de pieds tendues, comptent aussi énormément.

« Un peu comme au cirque, il faut donner l’impression que c’est facile et que l’on aurait pu faire plus. Ce qui n’est évidemment jamais le cas », commente Benjamin Auffret qui devra faire face à des adversaires chinois, la plupart du temps au-dessus du lot. Ou encore les Américains, les Mexicains ou les Russes qui « trustent les podiums ». Il est nécessaire d'avoir de la force, de la vitesse pour être un des meilleurs plongeurs de la planète. La coordination du corps et le repère dans l'espace est un travail de chaque instant pour espérer tirer son épingle du jeu.

« Rester au pied du podium m’a détruit pendant un moment »

Benjamin Auffret s’entraîne entre 20 et 25 heures par semaine. « Il faut répéter sans cesse les mouvements, il n’y a qu’un seul essai pour réussir », avance ce perfectionniste, triple champion de France (2014, 2015, 2017), et champion d'Europe (2017).

« Les Jeux c’est fait. Si j’y retourne, c’est pour l’or. Rester au pied du podium m’a détruit pendant un moment et ensuite j’ai retrouvé "la niaque" pour un nouveau challenge. J’espère que le jour J sera un jour avec. Je veux revivre la bataille olympique. Les Jeux c’est la vitrine de mon sport. Quand je regarde une vidéo sur les athlètes médaillés à Rio, je pleure à chaque fois », avoue Benjamin Auffret. Il peut compter sur le soutien de sa famille : « Il faut des points de repère pour ne pas "péter les plombs". C’est un peu le rôle de mes proches. Ils me connaissent et comprennent mon mode de vie. »

Benjamin Auffret est un touche-à-tout. Au bord des bassins, il excelle aussi avec son appareil photo. Après Tokyo 2020, - Paris 2024 lui semble trop loin - il voudrait être pilote de chasse, « un rêve de gosse ». Une vie toujours en l’air !

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.