Accéder au contenu principal
MMA

MMA: le «cauchemar nigérian» Kamaru Usman garde sa couronne à l’UFC

Le Nigérian Kamaru Usman a conservé son titre de champion UFC poids welter contre Colby Covington.
Le Nigérian Kamaru Usman a conservé son titre de champion UFC poids welter contre Colby Covington. Stephen R. Sylvanie/Reuters

Opposé à l’Américain Colby Covington, le champion du monde UFC des mi-moyens Kamaru Usman s’est imposé à Las Vegas par KO technique (UFC 245). Le Nigérian a fait la différence dans le dernier round face à un adversaire sulfureux. Il conserve son titre et clame haut et fort : « Je suis le meilleur du monde. »

Publicité

Il y a neuf mois, Kamaru Usman devenait champion du monde UFC des poids welters (mi-moyens, la catégorie des moins de 77 kilos) en battant pas décision unanime l’Américain Tyron Woodley. Sa montée sur le trône avait eu lieu à la T-Mobile Arena de Las Vegas, dans le Nevada. C’est dans cette même salle que celui que l’on surnomme le « cauchemar nigérian » est revenu, samedi 14 décembre, pour remettre sa ceinture en jeu.

Le « cauchemar nigérian » face au « bad guy » américain

Face au combattant né à Auchi, un vrai « bad guy » se dressait : Colby Covington. L’Américain, spécialiste du « trash-talking » (des provocations verbales), a revêtu volontiers les habits de l’antagoniste du combat principal de l’UFC 245. Il se complet dans ce rôle qui lui vaut autant d’applaudissements que de huées et qui n’altère en rien sa dangerosité dans l’octogone.

Durant tout l’avant-combat, le sulfureux Covington a multiplié les attaques et les mots durs à l’encontre d’Usman. Et même pendant l’affrontement, celui qui comptait 15 victoires et 1 défaite avant l’UFC 245 n’a pas cessé de provoquer le champion. Mais ce dernier ne s’est pas laissé emporter.

Un peu de « trash-talking » entre Colby Covington et Kamaru Usman à l'UFC 245.
Un peu de « trash-talking » entre Colby Covington et Kamaru Usman à l'UFC 245. Stephen R. Sylvanie/Reuters

Après deux premiers rounds plutôt équilibrés avec un Covington plus offensif, le combat a basculé une première fois dans la troisième reprise. De retour dans son coin, le challenger a annoncé à son clan : « Je crois qu’il m’a brisé la mâchoire. » En effet, avec un contre puissant du droit, Kamaru Usman a atteint Colby Covington dans ce round.

« Mon esprit est plus fort que tous ces mecs »

Il a toutefois fallu attendre la fin du cinquième et dernier round pour voir le « cauchemar nigérian » s’abattre sur son adversaire. A 1’43 de la fin, Usman a secoué Covington et ne l’a plus lâché. Incapable de bloquer les coups du Nigérian, l’Américain a fini par chuter à 1’08, la bouche en sang. Encore conscient, Covington s’est relevé illico, mais le champion a fini par l’avoir. D’une nouvelle droite, il l’a renvoyé au sol et ne l’a pas laissé se relever. Sous le déluge de coups, l’arbitre Marc Goddard a fini par s’interposer, à 0’49 de la fin, pour clore le combat avec la victoire du champion UFC de 32 ans.

Mécontent d’avoir été arrêté, Colby Covington, persuadé qu’il pouvait résister à l’avalanche de coups de Kamaru Usman, s’en est pris à l’arbitre sur les réseaux sociaux. Le champion nigérian, lui, n’a pas boudé son plaisir. Dans l’octogone, il s’est exprimé, équipé d’un micro : « J’ai entendu pendant des semaines, des mois depuis que le combat est signé, des gens dire ‘’Colby est dans sa tête, Colby-ci, Colby-ça, il va perdre son souffle et sera trop émotif’’. Je vais vous dire, les gars : la raison pour laquelle je suis le meilleur du monde, c’est parce que mon esprit est plus fort que n’importe qui dans cette catégorie. »

Kamaru Usman fête sa victoire face à Colby Covington, battu par KO technique le 14 décembre 2019.
Kamaru Usman fête sa victoire face à Colby Covington, battu par KO technique le 14 décembre 2019. Stephen R. Sylvanie/Reuters

Brillant vainqueur à sa première défense de titre, Kamaru Usman a quand même salué son adversaire défait, le qualifié de « dur » et concédant avoir dû s’employer pour tenir face à sa pression à certains moments du combat. « Mais comme je l’ai dit, mon esprit est plus fort que tous ces mecs », a insisté l’homme qui règne sur les mi-moyens, comme son compatriote Israel Adesanya chez les moyens. Plus tard, il a dédié cette victoire « au monde, pour l'amour et l'unité », en écho à ses précédents propos quand il confiait que ce combat serait « pour chaque migrant ayant mis un pied dans ce pays ». Un dernier coup, verbal cette fois, porté à Colby Covington, fervent supporter du président américain Donald Trump.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.