Accéder au contenu principal
Sport

Megan Rapinoe, Eliud Kipchoge et Egan Bernal, trois sportifs qui ont marqué 2019

Le cycliste Egan Bernal, la footballeuse Megan Rapinoe et le marathonien Eliud Kipchoge.
Le cycliste Egan Bernal, la footballeuse Megan Rapinoe et le marathonien Eliud Kipchoge. Photos Ruters & AFP / Motnage RFI

Une icône, un recordman fou et une nouvelle terreur dans le monde du cyclisme. En 2019, trois sportifs/sportives ont crevé l’écran. Côté football, Megan Rapinoe a autant brillé sur les terrains que pesé sur les questions sociétales de l’Amérique. Eliud Kipchoge, lui, a repoussé les limites humaines sur marathon. Egan Bernal, enfin, a frappé un grand coup en gagnant le Tour de France, à seulement 22 ans.

Publicité

►Megan Rapinoe – Football – Championne du monde et Ballon d’Or 2019 – États-Unis

Championne du monde, Meilleure joueuse et Meilleure buteuse de la Coupe du monde, Joueuse de la FIFA de l’année, Ballon d’Or féminin Megan Rapinoe a pratiquement tout gagné en 2019. La footballeuse, cadre de la Team USA qui a conservé son titre mondial en France cet été, a été incontournable sur les pelouses mais pas seulement. L’Américaine, qui évolue au milieu de terrain avec un talent indéniable – son palmarès est équivoque – avec les États-Unis et le Seattle Reign FC, est aussi une devenue une vraie figure d’opinion dans son pays. Engagée dans la lutte pour le respect des droits civiques, Megan Rapinoe n’hésite pas à prendre la parole pour dénoncer les discriminations de toutes formes.

Inévitablement, la championne olympique 2012 s’est trouvée un ennemi en la personne du président américain Donald Trump, loin de partager toutes ses opinions. Les deux ont passé du temps à se tacler sur le terrain médiatique ces derniers mois. En enchaînant les succès collectifs et individuels, Megan Rapinoe s’est offerte une aura rarement vue dans le football féminin. Au moment de présenter à New York le trophée de la Coupe du monde, la nouvelle icône a délivré un message dépassant largement le cadre du sport : « Nous devons être meilleurs. Nous devons aimer davantage et haïr moins. Nous devons écouter plus et parler moins. Il est de notre responsabilité de faire de ce monde un meilleur endroit. »

La capitaine de l'équipe féminine de football des Etats-Unis, Megan Rapinoe, après avoir marqué son 1er but, au Parc des Princes, le 28 juin 2019.
La capitaine de l'équipe féminine de football des Etats-Unis, Megan Rapinoe, après avoir marqué son 1er but, au Parc des Princes, le 28 juin 2019. REUTERS/Benoit Tessier TPX IMAGES OF THE DAY

►Eliud Kipchoge – Athlétisme – Premier homme à courir le marathon en moins de 2 heures – Kenya

« Je cours pour montrer qu’il n’y a aucune limite », disait Eliud Kipchoge, à quelques jours de s’élancer dans le Prater de Vienne en Autriche pour un défi stratosphérique. En septembre 2018, déjà, le Kényan avait explosé le record du monde officiel du marathon. Le 12 octobre 2019, dans des conditions très particulières (conditions climatiques optimales, terrain adapté quasi sans dénivelé, 41 lièvres pour le guider…), le champion olympique 2016 a fait encore plus fort en devenant le premier homme à courir le marathon en moins de 2 heures. Le fondeur a réalisé l’exploit d’avaler les 41,195km en l’espace de 1 heure 59 minutes et 40 secondes. Soit une vitesse moyenne de plus de 21 km/h !

Eliud Kipchoge a comparé sa performance au premier pas de l’Homme sur la Lune en 1969 et au premier mile (1.609,34m) couru en moins de 4 minutes par Rober Bannister en 1957 (Hicham El Guerrouj détient le record du monde depuis 1999 en 3’43’’13). Élu Athlète de l’année comme en 2018, le Kényan de 34 ans espère être un exemple avec ce marathon en moins de 2 heures : « Maintenant que je l’ai fait, j’attends que d’autres le fassent après moi. (…) Cela démontre la beauté du sport. Je veux faire de l’athlétisme un sport propre et fascinant. Ensemble, quand nous courrons, nous pouvons rendre de monde magnifique. »

12 octobre 2019: à Vienne en Autriche, le Kényan Eliud Kipchoge pulvérise la barre des 2 heures sur le marathon, dans des conditions spéciales.
12 octobre 2019: à Vienne en Autriche, le Kényan Eliud Kipchoge pulvérise la barre des 2 heures sur le marathon, dans des conditions spéciales. Lisi Niesner/Reuters

►Egan Bernal – Cyclisme – Vainqueur du Tour de France 2019 – Colombie

Héros national, Egan Bernal (Ineos) est devenu, cet été à seulement 22 ans, le premier coureur colombien à remporter le Tour de France. Phénomène de précocité, Egan Bernal avait remporté la 77e édition Paris-Nice en début d’année, le premier grand succès de sa carrière. Si le natif de Bogota avait comme objectif de laisser son empreinte sur le Tour d’Italie en mai 2019, une blessure l’avait contraint à faire l’impasse sur la course italienne. En 2018, le coureur colombien, venu du VTT, avait découvert le Tour de France dans le rôle d’équipier pour le vainqueur sortant Geraint Thomas et s’était classé à la 15e place au général.

« Il fera de grandes choses et n'aura pas à attendre très longtemps pour revenir sur le Tour pour essayer de le gagner », avait commenté à l’époque l’Espagnol Alberto Contador. « Je ne veux pas penser à la victoire dans le Tour, je ne suis pas prêt pour l'instant. Il y a beaucoup de coureurs qui ont gagné des courses d'une semaine, mais qui n'ont pas pu gagner un grand tour sur trois semaines », avait avancé Egan Bernal quelques mois avant ce succès de prestige. Une année plus tard, c’est bien la première marche du podium qu’il a conquis. Le talent d’Egan Bernal avait été décelé lors de sa victoire au Tour de l'Avenir en août 2017 qu’il s’était adjugé deux étapes.

Avant l'arrivée sur les Champs-Élysées, Egan Bernal trinque à sa victoire avec son directeur d'équipe.
Avant l'arrivée sur les Champs-Élysées, Egan Bernal trinque à sa victoire avec son directeur d'équipe. Thibault Camus/Pool via REUTERS

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.